Excite

30 ans de pourriels

Trente ans que cela dure. Samedi, la planète Web entière a célébré une date à marquer d’une pierre noire: l’apparition du spam, aussi appelé pourriel.

Pour la petite histoire, le pionnier de ces courriers de malheur n’avait pourtant aucune mauvaise intention. Il s’agissait d’un responsable marketing d’une société informatique qui, le 3 mai 1978, a envoyé à 400 personnes sur la côte ouest des Etats-Unis un message a caractère commercial. A l’époque, le réseau s’appelait Arpanet et était géré pour le gouvernement américain.

Depuis, les spams gâchent la vie de millions de personnes en infestant leurs boîtes aux lettres électroniques. Pour se rendre compte du phénomène, il suffit de prendre l’exemple des comptes Gmail, le service email de Google. Entre 2004 et 2008, indique la société, le pourcentage de spams arrivant dans les boîtes électroniques a quadruplé pour passer de 20% à 80%. ET ce alors que seuls 1% des spams arrivent à déjouer les filtres mis en place.

La nature des pourriels a aussi changé en 30 ans. Si le premier d’entre eux n’était qu’une annonce de lancement d’un produit, aujourd’hui nombreux sont les pièges tendus par des fraudeurs qui tentent d’entrer en possession de numéros de comtes en banque. Certains "spammeurs", par malveillance, peuvent faire capoter un site en le bombardant de pourriels. Quitte à demander une "rançon" pour lui fournir un "antidote".

La majorité des spams, néanmoins, reste liée à des vendeurs essayant de fourguer de fausses montres ou des médicaments miracles. En 2007, 75 % des Américains victimes de fraudes électroniques l’ont été via des spams. Il leur en a coûté quelque 150 millions d’euros.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017