Excite

Affaire Carlton ; DSK aurait "favorisé" les actes de proxénétisme

  • KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Les extraits de la décision de la chambre d'instruction de la cour d'appel de Douai publiés sur le site internet du Figaro donnent à penser que l'ancien directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn ait eu un rôle actif si ce n'est déterminant dans l'affaire dite du Carlton.

La chute est longue pour Dominique Strauss-Kahn qui vient de mettre un terme à l'affaire du Sofitel en échange d'un gros chèque versé à Nafissatou Diallo - on parle de 1,5 million de dollars. L'affaire Carlton pour laquelle l'ancien directeur du FMI a été mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée" en mars 2012 se resserre de plus en plus sur l'homme politique français.

Selon les juges lillois en charge de l'affaire, l'homme aurait eut en effet une participation "effective et déterminante" dans l'organisation de parties fines dans lesquelles étaient présentes des prostituées rémunérées.

"Les juges estiment que des indices graves ou concordants rendent "vraisemblable la participation effective et déterminante" de DSK dans des "actes de proxénétisme"" affirme Le Figaro après avoir pris connaissance de la décision prise par la chambre d'instruction de la cour d'appel de Douai le 19 décembre dernier.

Selon les juges, DSK savait que les femmes présentes lors de ces rencontres étaient des prostituées et l'existence d'une garçonnière serait un des éléments particulièrement accablant à la charge de DSK.

DSK "n’aurait pas été un simple bénéficiaire de ces parties fines mais aurait "initié et largement favorisé en toute connaissance de cause la mise en place d’un système fondé sur la complaisance de son entourage immédiat dans le but de satisfaire ses besoins sexuels" estiment les magistrats.

La cour d'appel de Douai avait rejeté les demandes de nullité de procédure dans l'affaire en décembre dernier et la défense de DSK avait en conséquence annoncé qu'elle allait se pourvoir en cassation.

Selon Le Figaro, la plupart des protagonistes de l'affaire soutiennent la défense avancée par l'ancien directeur du FMI. Celui-ci assure qu'il ne s'agissait pour lui que de "déjeuners ou dîners qui parfois avaient des sujets plus intimes", de "soirées de couples [...] qui souhaitaient avoir une activité sexuelle collective".

Au total onze personnes ont été mises en examen dans cette affaire, dont "Dodo le Saumure" le dernier en date, autoproclamé "roi des salons de massage" en Belgique.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017