Excite

"Affaire Depardioff", le ping-pong médiatique

  • AFP

Tout a commencé par l'annonce d'un exil fiscal. La presse a relayé, la classe politique a réagi, le monde artistique avec la "grande famille du cinéma" s'en est mêlé. Désormais on entend parler de l'affaire Depardieu jusqu'aux monts Oural. A l'instar de Zinédine Zidane, Depardieu est un mythe. Et un mythe ne se déboulonne pas sans une certaine amertume. Retour sur les citations.

Lorsque Gérard Depardieu décide de s'exiler en Belgique pour fuir l'impôt sur la fortune, l'indignation s'est répandue comme une traînée de poudre.

Un des premiers à s'être fait entendre a été le ministre Jean-Marc Ayrault qui a qualifié d'"assez minable" la décision de l'acteur français. Le ministre du Travail Michel Sapin a vu quant à lui dans l'attitude de Gérard Depardieu "une forme de déchéance personnelle".

Tout s'accélère lorsque l'acteur socialiste français Philippe Torreton publie le 17 décembre 2012 sur Libération la lettre "Alors Gérard, t’as les boules ?" condamnant sévèrement le choix de l'acteur français en plein moment de crise. "Tu ne veux plus être français…? Tu quittes le navire France en pleine tempête ?" s'indigne t-il. "Le problème, Gérard, c’est que tes sorties de route vont toujours dans le même fossé : celui du «je pense qu’à ma gueule», celui du fric, des copains dictateurs, du pet foireux et de la miction aérienne, celui des saillies ultralibérales…". "Tu sais, ces gros pets foireux dont tu te vantes et que tu lâches sur les tournages en répondant à tes 12 téléphones au lieu de bosser ?"

Catherine Deneuve répond à Torreton dans une lettre ouverte publiée dans le quotidien Libération "Ce n’est pas tant Gérard Depardieu que je viens défendre, mais plutôt vous que je voudrais interroger. Vous en prendre à son physique ! A son talent ! +Ce gâchis+ dont vous parlez... De quel droit, de quel souci démocratique semblez-vous animer votre vindicte salissante ?". Elle ajoute en sus ne pas accepter des mots comme "déchéance, minable" provenant de la bouche d'hommes d'Etat. Selon Catherine Deneuve, Torreton s'attaque à un "homme vacillant" qui ne "donne en pâture que lui-même". "L’homme est sombre, mais l’acteur est immense et vous n’exprimez finalement que votre rancoeur"

Selon Fabrice Lucchini, Torreton ne ferait pas le poids pour s'attaquer à Gérard Depardieu. "Quand on attaque Depardieu, il faut avoir une filmographie solide", lance t-il a Philippe Torreton.

Roxane Depardieu défend son père dans une interview sur le Point. "On peut lui adresser beaucoup de reproches, mais pas celui de vivre comme un "gros riche. Il passe son temps à donner. C'est un généreux qui s'entend mieux avec les gens simples qu'avec les nantis." "Mon père a droit au respect, pas aux insultes".

L'acteur français et beau-père de Roxane Vincent Perez s'est exprimé à son tour sur RTL : "Je n'aime pas qu'on stigmatise les gens qui ont de l'argent". "Gérard est dans la loi, je ne vois pas pourquoi on lui fait un procès d'intention".

"Je soutiens Gérard Depardieu, victime d'un acharnement extrêmement injuste bien qu'il soit un amateur de corrida, ce qui ne l'empêche pas d'être un acteur exceptionnel qui représente la France avec une popularité et une célébrité uniques", a déclaré Brigitte Bardot dans un court communiqué transmis à l'AFP.

Selon le chanteur Patrick Bruel, Torreton aurait dû s'abstenir de faire parler de lui dans ces circonstances. Tout cela lui paraît fort "déplacé".

Michel Sardou raille quant à lui l'exil fiscal de Gérard Depardieu sur BFMTV. "Les gens brûlent leurs idoles" donc il ne veut pas juger l'acteur. Mais il considère qu'il "va se faire chier comme un rat en Belgique".

Pour le réalisateur Claude Lelouch, Gérard "a pris un risque énorme avec son capital principal : son public". Gérard Depardieu est cependant "tout sauf minable". Lelouch estime que "Le déchaînement actuel n'est pas normal" mais que le départ de l'acteur "peut être considéré comme une insulte à la misère". "Je voudrais dire à Gérard qu'il a de la chance de payer des impôts, ça veut dire qu'il a du succès et que ses affaires marchent bien. Je rêve de payer toute ma vie beaucoup d'impôts", a-t-il conclu.

Le tour des citations aurait pu rester confiné à l'intérieur de nos frontière si le président russe Vladimir Poutine n'avait pas eu la fausse bonne idée d'offrir la citoyenneté a Gérard Depardieu, très populaire dans le pays. L'acteur a salué le geste en faisant l'éloge de la démocratie en Russie. S'en est suivi un florilège de réactions.

"Gérard, viens le 31 janvier sur la place Trioumfalnia (à Moscou), avec ton nouveau passeport russe en poche. Tous les 31, à 18 heures, sur cette place, des citoyens russes exigent le droit de se réunir paisiblement, comme prévu par l'article 31 de la Constitution. On t'attend Gérard !" a déclaré l'écrivain Edouard Limonov, régulièrement arrêté par la police lors de ces manifestations.

"Il est émerveillé par notre démocratie – il est complètement retombé en enfance" intervient un certain Vladimir Sokolov sur les réseaux sociaux. "Se tirer de son pays pour du fric... c'est tellement russe – Il est des nôtres !", écrit herhermann sur Live journal.

"Depardieu devrait fréquenter le milieu de la culture, qui est de plus en plus critique à l'égard de Poutine" assure le journaliste russe Andreï Gratchev. Et prévient : "Ce qui est paradoxal dans cette affaire, c'est qu'il risque de voir sa popularité en Russie limitée et peut-être décroître."

L'ardoise s'allonge et l"'affaire" ne cesse d'enfler. Gérard Depardieu, malgré ses défenseurs, malgré son talent, malgré sa carrière, risque de perdre un peu de sa superbe en route. Zizou le grand mythe du football en sait quelque chose. A suivre donc. Ou non.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017