Afrique du Sud : l'insoutenable augmentation du braconnage du rhinocéros

  • STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Les défenseurs de la cause animale sont de plus en plus inquiets face à l'augmentation du braconnage des rhinocéros en Afrique du Sud. Depuis le début de l'année 2013, 57 animaux ont été abattus, soit une moyenne de 2 bêtes tuées par jour. Malgré une vigilance accrue, notamment dans la zone du parc Kruker, la plus grande réserve animalière d'Afrique du Sud, le braconnage se poursuit dans le pays de façon alarmante.

Quelles sont les raisons d'une telle augmentation ?

Les conditions climatiques ont été cette année particulièrement favorables au braconnage. Le parc Kruger où 42 rhinocéros ont été abattus, a subit des inondations qui ont facilité le passage des braconniers. En outre la végétation a été bien plus dense que les années précédentes ce qui là encore a encouragé la pratique de la chasse illégale en Afrique du Sud.

Mais pourquoi donc chasse t-on le rhinocéros ?

Le rhinocéros a une activité sexuelle particulièrement enviée. Son accouplement dure en moyenne une demi-heure, une performance supérieure à la grande majorité du règne animal. Cette force est attribuée sans fondement à la corne de l'animal, à l'instar de la chevelure de Samson, la fameuse figure biblique. Pourtant la corne est constituée essentiellement de kératine, que l'on peut retrouver aussi bien dans nos ongles ou dans les sabots d'un cheval.

Une fois l'animal abattu, la corne est prélevée, le reste de l'animal (3 tonnes) est abandonné. Pour rien.

La médecine traditionnelle asiatique l'utilise pourtant encore dans ses recettes, prêtant à la corne broyée des vertus thérapeutiques et aphrodisiaques. En Chine, le kilo de poudre de corne de rhinocéros est vendu aux alentours de 40 000 euros. Une mise à prix irrésistible pour les braconniers…

L'augmentation exponentielle du braconnage, une menace pour l'espèce

Les statistiques officielles indiquent une augmentation décidément inquiétante du trafic. En Afrique du Sud, 668 rhinocéros ont été victimes des braconniers en 2012, contre 448 en 2011, 333 en 2010, 122 en 2009, 83 en 2008 et seulement 13 en 2007.

L'Afrique du Sud concentre à elle seule 70 à 80 % de la population mondiale de Rhinocéros (20 000 exemplaires).

REGARDEZ LES PHOTOS DU RHINOCEROS NOIR VICTIME DU BRACONNAGE

Surveillance accrue

La Fondation internationale rhinocéros a déjà entrepris de déplacer ces mammifères menacés vers des zones très surveillées au Kenya et au Zimbabwe. Les autorités sud-africaines ont de leur côté renforcé les patrouilles antibraconnage. Elles ont également mis en garde la population contre les fausses collectes en faveur de la protection des rhinocéros.

De l'action mais surtout de la prévention

La Namibie, voisine de l'Afrique du Sud qui a également beaucoup souffert du braconnage, a quant a elle mis en place une politique d'information qui a jusqu'à ce jour largement fonctionné. "Si la faune est préservée, elle va un jour attirer des touristes, créer des emplois et apporter de l'argent dans la région", explique à la population Owen-Smith, un défenseur de la nature. "Les populations rurales vivant à proximité des rhinocéros sont beaucoup plus favorables à la protection de l'environnement, et il devient plus difficile pour des individus de devenir des braconniers, car cela pourrait nuire à l'ensemble de la communauté" confirme Pierre du Preez, responsable de la protection des rhinos au ministère de l'Environnement et du Tourisme à Windhoek. En outre "Des équipements de sécurité ont été implantés sur un pourcentage significatif des rhinocéros dans les zones à haut risque, le personnel de sécurité est spécialement formé et des systèmes de haute sécurité de haute technologie sont en place", souligne M. du Preez.

REGARDEZ LES PHOTOS DU RHINOCEROS NOIR VICTIME DU BRACONNAGE

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2014