Excite

Alerte ! Planète Terre en danger

Le rapport Planète vivante 2012 publié ce Mardi par le Fonds mondial pour la nature (WWF) est alarmant. Bien sûr, ce n'est pas une surprise pour les gens s'intéressant de près ou de loin à l'écologie et à la protection de notre environnement, de nos ressources alimentaires, et notre écosystème. Mais certaines tendances ne font qu'empirer, à commencer par la pollution émanant des pays industrialisés, ainsi que la pression des pays riches sur les ressources des pays pauvres.

Le rapport de la WWF correspond à un état des lieux de la planète, qui est réalisé tous les deux ans. Il se base sur des indicateurs comme l'indice planète vivante (IPV) mesurant la biodiversité des animaux et des poissons. Cette année, l'IPV a chuté de 60% dans les pays situés entre les tropiques, alors qu'il a augmenté de 30% dans les pays tempérés, qui sont le plus souvent les pays industrialisés.

L'autre indicateur est l'empreinte écologique. Il est particulièrement révélateur car il mesure la surface de terre et le volume d'eau nécessaires à la production de ressources consommées par la population, sur une durée d'un an. Il informe également sur la capacité de notre planète à absorber le dioxide de carbone rejeté dans l'atmosphère.

Les résultats sont alarmants et prouvent que la situation écologique de la Terre empire au fur et à mesure que passent les années. L'empreinte écologique de la planète était de 18.2 milliards d'hectares globaux. L'empreinte mondiale ayant doublé depuis les années 1960, dépasse ainsi les 50% de biocapacité de la Terre. Nous utilisons donc l'équivalent d'une planète et demie pour vivre, ce qui entame le "capital naturel" de notre planète.

Les pays aux revenus les plus élevés, comme le Qatar, le Koweit, les Emirats arabes Unis, le Danemark et les Etats-Unis dépassent largement les seuils moyens d'émissions de carbone. Des pays comme l'Afghanistan, le Bangladesh, le Timor oriental, l'Erythrée ou Haïti sont eux nettement en dessous. Mais les pays en voie de développement comme la Russie, la Chine, le Brésil et l'Indonésie par exemple ont une empreinte écologique qui augmente très rapidement.

Face à l'aggravation de la situation, l'augmentation de la population de la planète, et la hausse des pressions sur l'écosystème, la WWF a fourni cinq pistes à étudier en vue d'infléchir cette tendance négative. La Conférence des Nations Unies sur le développement durable, qui s'ouvrira dans un mois à Rio de Janeiro, devrait espérons-le permettre d'avancer sur les sujets suivants :

  • - la préservation du capital naturel (les forêts, les océans, et l'eau douce)
  • - l'amélioration de l'efficacité des systèmes de production, pour restreindre la consommation d'eau, de terre et d'énergie
  • - consommer plus raisonnablement, faire évoluer les régimes alimentaires des populations aisées et réduire le gaspillage alimentaire
  • - la réorientation des flux financiers pour favoriser la conservation
  • - l'instauration d'une gouvernance équitable des ressources, et la mise en place de cadres juridiques et politiques afin de procurer un accès équitable à l'alimentation, ainsi qu'aux ressources hydriques et énergétiques

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017