Excite

Aliaa : sa photo nue qui a défié la société égyptienne

Puisque c'est aujourd'hui la journée de la femme, profitons-en pour rappeler le sort de la jeune blogueuse égyptienne Aliaa qui a dû fuir son pays, aussi bien menacée par les fous de dieu que par les révolutionnaires de la place Tahir.

Aliaa Magda Elmahdy a été abandonnée de tous, amis, féministes. C'est la société égyptienne tout entière qui lui a tourné le dos. Le 23 octobre 2011 la jeune fille s'était déshabillée pour dénoncer l'hypocrisie qui régnant autour du corps féminin dans son pays. Elle a pris une photo d'elle nue, avec son propre appareil. Une photo sobre et banale. Une photo qui lui a pourtant changé la vie.

Aliaa est une blogueuse de 22 ans qui milite pour les droits de l'homme et les conditions de la femme. Elle se revendique "séculaire, libérale, féministe, végétarienne, individualiste". Aliaa se dit aussi athée depuis qu'elle a 16 ans. Un profil difficilement compatible avec la société égyptienne qui compte à son pouvoir des représentants des Frères musulmans, une organisation panislamisme.

Mais si Aliaa a été fortement contestée dans son propre pays, elle a aussi reçu des preuves de soutien provenant du monde entier, de la diaspora égyptienne in primis. Des manifestations de solidarité ont été organisées par l'association Femen, le groupe contestataire féministe dont la devise est "Sors, déshabille-toi et gagne".

Aliaa ne regrette pas son acte et insiste : "Cachez les livres d'arts et écrasez les statues archéologiques nues, puis enlevez vos vêtements et regardez-vous dans le miroir. Brûlez vos corps que vous méprisez dans le but de vous débarrasser de vos complexes sexuels pour toujours, avant de diriger vos insultes sexistes contre moi et de nier la liberté d'expression".

Aliaa a lancé une action symbolique sur le Net pour protester contre le port du voile islamique en demandant aux hommes de se photographier un voile sur le visage et de le poster sur les réseaux sociaux en signe de solidarité. Les femmes musulmanes elles, étaient invitées au contraire à poser sans voile.

Depuis la Suède, depuis l'exil, depuis le froid, elle raconte "Je n’ai pas choisi de vivre en Suède, précise-t-elle, c’est un hasard, mais il n’était plus question pour moi de rentrer en Égypte où la prison, et peut-être pire, m’attendait. Quelque temps avant mon départ, j’ai été kidnappée par trois hommes à Alexandrie. Ils étaient persuadés que je méritais d’être violée puisque j’avais posé nue et que j’avais un copain. J’ai hurlé, ils ont eu peur. Ils m’ont fait les poches, m’ont tout volé, et je me suis enfuie. J’ai compris que ce n’était là que le début de mes ennuis. Il fallait que je parte."

Kareem Amer, le petit ami égyptien d'Aliaa a été condamné lui à 3 ans de prison sous le régime de Moubarak pour outrage à l'islam. Comme elle Kareem est blogueur, comme elle il rêve d'une société plus libre.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017