Excite

Alitalia: le gouvernement à la rescousse!

La saga Air France-KLM / Alitalia a pris fin. Trois semaines après la rupture des négociations avec les syndicats italiens, la compagnie franco-néerlandaise a retiré son offre d'achat de la compagnie italienne, qui semblait être la meilleure solution pour éviter la faillite de la compagnie italienne.

Le Gouvernement à la rescousse

Suite à ce retrait de l'offre d'Air-France-KLM, le gouvernement italien a décidé mardi soir d'accorder un prêt-relais d'urgence de 300 millions d'euros à Alitalia. La compagnie italienne devra rembourser la somme d'ici le 31 décembre. Le gouvernement italien souhaite, grâce à cette aide, offrir un peu de répit à la compagnie au bord de la faillite.

Le chef du gouvernement sortant Romano Prodi, battu aux législatives des 13 et 14 avril, laisse au gouvernement de Silvio Berlusconi le soin de trouver une solution durable. "Silvio Berlusconi m'a demandé un prêt plus substantiel que celui que nous avions prévu, afin d'avoir plus de temps pour résoudre l'affaire Alitalia. Nous avons agi avec responsabilité", a indiqué Romano Prodi lors d'une conférence de presse tenue à l'issue du Conseil des ministres.

Promesses électorales...

Silvio Berlusconi avait assuré pendant la campagne électorale que des entrepreneurs italiens étaient prêts à sauver Alitalia. Mais aucun entrepreneur ne s'est jamais manifesté et le projet ne s'est jamais concrétisé. Il Cavaliere a dernièrement repris des contacts avec Aeroflot, la compagnie russe qui avait retiré son offre de rachat en novembre. Aeroflot a confirmé mardi qu'elle reprendra ces contacts sur ordre de Vladimir Poutine.

A Bruxelles, nous apprend Le Figaro, on considérerait ce "financement d'urgence comme une aide d'Etat. Or, la Commission européenne a rappelé qu'Alitalia ne peut plus bénéficier d'une telle aide jusqu'en 2011, en ayant déjà obtenu dans le passé. Les dernières aides perçues remontent à 2001. Fin mars, Alitalia ne pouvait plus compter que sur 170 millions d'euros de ressources financières".

Avec un million d'euros de pertes par jour, le sort d'Alitalia, contrôlée à 49,9 % par le Trésor italien, est désormais aux mains de Silvio Berlusconi qui a déjà annoncé que de sérieuses réductions de personnel auront lieu.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017