Excite

Aux Etats-Unis, Ferguson s'embrase après la non inculpation du policier qui avait tué un jeune noir

  • Getty Images

Ce sont tous les Etats-Unis qui se sont enflammés après la décision de ne pas poursuivre le policier qui avait tué un jeune noir en août 2014.

La mort du jeune Michael Brown, 18 ans, le 9 août 2014 par un policier avait déclenché une série d'émeutes raciales dans toute la ville de Ferguson.

Après trois mois de délibérations, le grand jury a finalement décidé que le policier qui avait tiré à 6 reprises sur le jeune homme ne serait pas poursuivi. Une décision qui met littéralement le feu au poudre. Les premières manifestations ont commencé dans la ville de Ferguson malgré les appels au calme de la famille de Michael Brown qui s'est dite "très déçue" du verdict et du Président Barack Obama qui a appelé a "contester de façon pacifique".

Les premiers dégâts ont eu lieu dans la nuit du lundi 24 novembre au mardi 25 novembre : vitrines brisées, véhicules incendiés et colère intenable de la part des manifestants. Les policiers ont répondu par des gaz lacrymogène, emplifiant la colère des manifestants qui se sont dits prêts à "démarrer la guerre". L'état d'urgence a été décrété. La garde nationale et des effectifs de police renforcés pour l'occasion ont été déployés.

Rapidement ce sont dans tous les Etats-Unis qu'on a pu voir des scènes d'affrontement. A New-York, des centaines de manifestatnts se sont rassemblés Times Square avec des panneaux noirs affirmant "le racisme tue", "nous ne resterons pas silencieux" et dénonçant "le racisme de la police". A Washington également, des centaines de personnes s'étaient réunies devant la Maison Blanche scandant "les mains en l'air ne tirez pas", le "slogan" devenu populaire après le drame de Ferguson. Boston, Philadelphie, Denver, Seattle, ou encore Chicago et Salt Lake City ont également eu leur lot de rassemblement.

La police était omniprésente, ce qui n'a pas empêché les protestataires de scander leur haine. La police compte au total une douzaine de bâtiments incendiés et au moins 150 tirs dans la nuit rien qu'à Ferguson. 29 personnes auraient été interpellées dans la nuit.

Les circonstances de la mort de Michael Brown restent encore floues.Deux versions s'opposent. Il aurait volé des cigarillos. Le policier aurait alors agi en légitime défense après avoir été frappé par le jeune homme qui aurait tenté de lui prendre son arme. De l'autre côté, l' homme qui accompagnait Michael Brown affirme, lui, que ce dernier a été tué de sang-froid par le policier, alors qu'il avait les mains en l'air.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2019