Excite

Bernard Madoff: le financier escroc

Ce financier de Wall Street est accusé d’avoir mis en place une fraude pyramidale. Entendez par-là: le paiement des intérêts à ses clients en puisant dans le versement de ses nouveaux clients. Une escroquerie parfaite, sauf que la crise financière a enrayé la machine.

Le montant des pertes est estimé à 50 milliards de dollars (34 milliards d’euros). Selon le Wall Street Journal, les banques BNP Paribas (France), Nomura Holdings (Japon) et Neue Privat Bank (Suisse) seraient exposées. Pour ses investissements illusoires auprès des particuliers (grosses fortunes américaines) et des banques, Bernard Madoff risque 5 ans de prison. L’homme a été arrêté jeudi 11 décembre et est ressorti libre, payant une caution de 10 millions de dollars.

Cet ancien directeur du Nasdaq, bourse américaine des valeurs technologiques, a monté une escroquerie folle, pendant des années. Il promettait des retours sur investissement considérable aux plus riches fortunes de la planète qui lui laissait boursicoter leur argent. Sauf que, les investissements étaient illusoires. Il se servait d’une société écran la "Bernard L. Madoff Investment Securities LLC" pour faire fructifier l’argent à son compte.

Dans un communiqué conjoint du procureur Lev Dassin et du FBI, Madoff déclare à son personnel "qu'il était fini, qu’il n'avait plus rien et avait perdu environ 50 milliards de dollars". Il ajouta qu’il se rendrait aux autorités après avoir soldé toutes ses dettes envers "certains salariés, sa famille et ses amis". Pour cela, il utiliserait les 300 millions de dollars d’une société distincte et propre pour financer le tout.

Le système Madoff

À 70 ans, cet ancien patron et fondateur d’un cabinet de conseils en investissements était jusque lors respecté de tous. Figurer parmi ses clients revenait à faire partie d’un cercle très fermé. Il recrutait d’ailleurs par parrainages, surtout dans les Country Clubs comme West Palm Beach ou Long Island. Tous lui faisaient confiance. Il avait comme référence la présidence du conseil d’administration du Nasdaq.

Il garantissait à ses clients un retour sur investissement de 10% par an. Le système s’est effondré avec la crise, lorsque certains d’entre eux ont voulu retirer leurs fonds. Les liquidités n’apparaissaient plus, envolées.

Photo: telegraph.co.uk

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017