Excite

Cantat : l'avocate poursuit le chanteur, contre l'avis des parents de Krisztina Rady

  • Getty Images

Le suicide en janvier 2010 de l'épouse de Bertrand Cantat a pris une tournure particulière après la publication de l'Amour à mort -sur l'affaire Cantat / Trintignant- en juin dernier, un livre qui donne un éclairage particulièrement accablant sur les circonstances de la mort de Krisztina Rady, la femme du leader de Noir Désir. L'avocate parisienne Me Yaël Mellul a depuis engagé une poursuite contre le chanteur, sans l'accord des parents de Krisztina. Mardi, ils ont annoncé via un communiqué, se "désolidariser totalement" de cette démarche.

L'avocate précise qu'elle n'a jamais prétendu agir en leur nom, mais "en tant que militante". Me Yaël Mellul soutient que le suicide de Krisztina Rady était un "suicide forcé", entraîné par des violences psychologiques.

Dans l'enregistrement d'un message adressé aux parents de Krisztina retranscrit dans le livre des journalistes Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard, on peut lire notamment "Bertrand est fou, dit-elle encore. Et tout le monde, bien sûr, dans la rue le considère comme une icône, comme un exemple, comme une star, et tout le monde désire que pour lui tout aille bien, et après il rentre à la maison et il fait des choses horribles avec moi devant sa famille".

En 2012, Ferenc et Csilla Rady, les parents de Krisztina, avaient accusé Bertrand Cantat dans l'hebdomadaire Paris Match de violences envers leur fille.

Aujourd'hui pourtant ils se disent "choqués" par la démarche de Me Mellul. Leur avocat Tibor-Louis Leh précise que "cette initiative a été entreprise sans les avoir consultés, sans avoir recueilli leur accord, et sans qu'ils l'aient mandatée". Les parents de l'épouse de Cantat considèrent qu'il s'agit là d'un "acharnement inutile" et ils n'ont pas l'intention de "relancer cette affaire".

Pour eux, Bertrand Cantat "n'est vraisemblablement pas la seule personne impliquée par le dossier. Ils sont persuadés qu'il y a beaucoup d'autres raisons complexes pour lesquelles elle s'est suicidée et que la presse ignore".

L'annonce des parents n'a pas surpris Me Mellul. "Ils ont déjà dit qu'ils ne porteraient pas plainte contre Bertrand Cantat parce qu'ils n'ont pas d'éléments suffisants et parce que selon toute vraisemblance, ils sont terrorisés à l'idée de ne plus voir leurs petits-enfants, dont ils ont rapporté qu'ils ne les avaient vus qu'une fois depuis le décès de leur mère".

"Pour ma part", a-t-elle continué, "je persiste et je signe et je continue mon action pour la manifestion de la vérité".

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017