Excite

Chantale Sébire: sa demande d'euthanasie est rejetée

Le tribunal de grande instance de Dijon a rejeté la demande de Chantal Sébire, ancienne institutrice de 52 ans atteinte d'une tumeur au visage incurable et rarissime depuis huit ans.

Cliquez ici pour connaître le début de l'affaire Sébire

Le droit français assimile l'aide au suicide au délit de non-assistance à personne en danger. Le Ministère public a par ailleurs cité un arrêt de la Cour européenne des droits de l'Homme qui ne reconnaît pas un "droit à mourir".

Chantal Sébire, dans sa requête "exceptionnelle", avait fait état de ses "souffrances intenses et permanentes", du "caractère incurable des maux dont elle est atteinte" et de son "refus de devoir supporter l'irréversible dégradation de son état". La requérante avait déjà annoncé le week-end dernier qu'elle ne ferait pas appel en cas de décision négative. Chantal Sébire se dit prête à se rendre en Suisse où le suicide assisté est autorisé: "Si c'est la seule solution, j'irai là-bas. C'était mon dernier combat" a-t-elle confié lors d'un entretien accordé à RTL.

"Je n'accepte plus la souffrance qui perdure et cette sortie d'oeil qui me fait vraiment trop mal et sur laquelle on n'a aucune maîtrise. Je demande quand on va m'aider ou bien faut-il attendre que mon oeil sorte de mon visage pour faire quelque chose? À cela, on m'objecte le coma. Ce n'est pas humain, pas digne. Ce n'est pas respectueux pour mes enfants, pour moi-même."

ATTENTION! Certaines photos peuvent heurter voter sensibilité

"Je suis quelqu'un qui aime faire la fête, qui aime rire. Je souhaiterais m'envoler en faisant la fête avec mes enfants, mes amis, mes médecins et tous ceux qui m'aident au quotidien. À l'aube, permettez-moi de m'endormir tranquillement." Chantal Sébire conclut: "Chaque personne qui aide, qui accompagne quelqu'un dans cette démarche-là, pose sur son alter ego un geste d'amour."

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017