Excite

Christian de Duve : le Nobel 1974 a fait le choix du suicide assisté

  • Getty Images

Christian de Duve, biochimiste et prix Nobel de physiologie ou médecine en 1974 a choisi de recourir au suicide assisté en Suisse, dans une clinique autorisée. De quoi relancer la réflexion dans notre pays où cette pratique est encore illégale.

Christian de Duve avait reçu le prix Nobel pour la Medecine et la Physiologie avec Albert Claude et George Emile Palade "pour leurs découvertes sur l'organisation structurelle et fonctionnelles de la cellule".

Il a laissé son nom à un Institut bruxellois dédié aux pathologies cellulaires et connu de grands succès de librairie avec des ouvrages destinés à un grand public cultivé.

Malade depuis 2008, il a décidé d'avoir recours à l'aide au suicide en Suisse après que son état de santé se soit sérieusement détérioré. Programmé pour le mois de mai 2013 et s'est éteint selon ses voeux le 4 mai 2013.

Le prix Nobel s'était confié au journal belge Le Soir : "J’ai vécu, en presque un siècle, une vie extraordinairement enrichissante, qui m’a donné énormément de joies et de plaisir". "J’ai eu ce privilège extraordinaire d’assister à toutes les grandes découvertes, de rencontrer un grand nombre de personnalités. Je regarde aujourd’hui cela avec tendresse et surtout reconnaissance."

"La mort, ce serait beaucoup dire qu’elle ne m’effraye pas, mais je n’ai pas peur de l’après car je ne crois pas. Lorsque je disparaîtrai, je disparaîtrai, il ne restera rien. Ce que je dois prévoir maintenant, c’est ma propre disparition et je suis en train de le faire."

Sa fille Françoise et ses trois frères ont assisté leur père jusqu'aux derniers instants. Le professeur s'est éteint en se soumettant à une injection létale sans prendre ni somnifères ni anxiolytiques.

En Suisse le suicide assisté est autorisé s'il n'est pas motivé par des "mobiles égoïstes". Des associations telles qu'Exit ou Dignitas fournissent des services d'aide au suicide aux malades incurables. A ce sujet, le dernier film de Stéphane Brizé, Quelques heures de printemps a rendu dernièrement les spectateurs témoin des derniers instants d'une femme ayant fait le choix radical du suicide assisté.

En France le suicide assisté et l'euthanasie sont formellement réprimés par la loi. Mais des textes législatifs et réglementaires assouplissent les possibilités de cessation de l'acharnement thérapeutique pour que le malade puisse accéder à une "fin digne".

Le suicide médicalement assisté n'est légal qu'en Suisse, et aux Etats-Unis dans l'Etat de Washington, le Montana et dans l'Oregon sous certaines conditions. Aux Pays-Bas les médecins qui auraient pratiqué un suicide assisté sous des conditions précises sont dégagés de toute poursuite depuis le 1er avril 2002.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017