Excite

Clearstream: c’est pas fini, acte II

Dominique de Villepin a déclaré sur RMC que l'appel du Parquet était une décision 'politique' montrant 'qu’un homme, Nicolas Sarkozy, le président de la République' a choisi de 'persévérer dans son acharnement, dans sa haine'.

Vidéo: Quand Carla Bruni défend son mari

Les rebondissements s’enchainent dans l’affaire Clearstream. Le procureur de la République, Jean-Claude Marin, a décidé d’interjeter appel, car il y aurait 'à ses yeux, encore de la place pour faire émerger la vérité'. Totalement blanchi en fin de semaine, Dominique de Villepin, relaxé, se retrouvera à nouveau jugé début 2011. Il pointe du doigt, le chef de l’État, et l’accuse ouvertement.

Un deuxième procès aura bien lieu

Pour le procureur, 'le tribunal n’aurait pas tiré toutes les conséquences de ce qu’il a entendu. Tout n’a pas été dit dans cette affaire'. Aussitôt, Dominique de Villepin contre-attaque. Le Parquet aurait selon lui agit sur les ordres de Nicolas Sarkozy. À gauche, on s’inquiète également de l’indépendance de la justice.

Le 'Parquet reçoit ces ordres du pouvoir politique, il l’a longtemps revendiqué' a souligné, Elisabeth Guigou, ancienne garde des Sceaux. Les magistrats sont donc nommés par le pouvoir politique, cela entretient une certaine suspicion.

Nicolas Sarkozy a annoncé par voie de communiqué qu’il se retirait de la procédure.

Photo: Youtube (capture écran)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017