Excite

Danse urbaine: Tecktonik ou Kuduro?

Phénomène très à la mode chez les 15-25 ans, la tecktonik a fait une entrée très remarquée sur la scène française. Plus qu’une danse, c’est un mouvement inspiré du hiphop mais adapté à la techno. Tout a commencé il y a sept ans, lorsque les fondateurs de la tecktonik (TCK), Cyril Blanc et Alexandre Barouzdin, décident de lancer un nouveau genre de soirée en Belgique. On découvre un retour des années 80 : couleurs fluos, pantalons slims, crêtes… Le public accroche. C’est un succès!

La tecktonik c’est avant tout des jeunes cools, branchés, soucieux de leur look, qui se retrouvent dans la rue pour danser. Il s’agit d’un jeu de popularité et de compétition qui se déroule tant dans les rues, dans les clubs et aussi sur Internet. Chaque danseur fait partie d’un team dont le nom finit par –tek et chaque personne du groupe porte un pseudo.

Aujourd’hui, un nouveau genre de danse urbaine fait son apparition: le kuduro (prononcé ‘koudourou’ signifiant ‘cul dur’). Il s’agit d’une danse provenant d’Angola, créée en 1996 par un certain Tony Amado qui a décidé de mélanger de la musique électronique avec de la musique traditionnelle africaine. Alors que la tecktonik fait surtout bouger les bras, les danseurs de kuduro bougent davantage leurs jambes et leur tronc en incorporant certains mouvements de ‘smurf’ (hiphop). Reste à savoir si le kuduro connaîtra un succès aussi important que celui de la tecktonik.









France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017