Excite

Edvige étend la polémique

Mais ce fichier va encore plus loin dans les libertés individuelles. Outre l’atteinte à l’ordre public, Edvige contrôle également les personnes "ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique" ou jouant un "rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif".

Nombreux se posent la question de l’anonymat d’Edvige. Hervé Morin, ministre de la Défense se demande: "Est-il utile que (...) l'on y intègre des éléments type les coordonnées téléphoniques, les orientations, sans savoir exactement de quoi il s'agit, des informations d'ordre fiscal ou patrimonial?". François Bayrou, président du Modem, appelle à "un mouvement de refus républicain" en signant une pétition pour l’abandon du fichier Edvige.

Ironisant la situation, Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, rappelle que son collègue a besoin d’être rassuré et lance "Je suis ravie que M. Morin se pose des questions. La question que moi je me pose, c'est comment il se fait que depuis le 1er juillet, il n'ait pas réussi à trouver mon numéro de téléphone pour me demander ce qu'il en était, je l'aurais rassuré".

Le sujet reste pourtant très sensible. Les renseignements contenus dans le fichier Edvige pourraient être préjudiciables aux contribuables (situations de famille, orientations sexuelles, coordonnées téléphoniques), tout comme Big Brother, outre-Atlantique.

Photo : Flickr

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017