Excite

Elections municipales: la droite battue

Dix mois après son arrivée au pouvoir, la droite - emmenée par Nicolas Sarkozy - enregistre une lourde défaite lors du second tour des élections municipales.

"Un vote sanction" qui se traduit sur le terrain par la perte de nombreuses villes reprises par l’opposition notamment Strasbourg, Reims, Amiens, Caen, Périgueux ou encore Toulouse. Au total, ce sont près de 42 villes de plus de 30.000 habitants qui ont basculé. Il n’y a que Marseille, au bout du suspense, que la droite a réussi à conserver.

Dimanche, dès 18 heures, le Premier ministre, François Fillon, s’est rendu à l’Elysée pour analyser avec le Président de la République les résultats. Avec ce constat à la clef : malgré les appels à la mobilisation, le peuple de droite ne s’est pas déplacé pour éviter la débâcle. Affichée à 34,5 %, l’abstention aura surtout bénéficié à la gauche.

Mélange d’enjeux locaux et de climat politique, les résultats des élections municipales sont un melting-pot politique. Malgré quatre ministres battus (Xavier Darcos, Rama Yade, Christine Albanel et Christine Lagarde) et nombre de candidats qui ont préféré ne pas se réclamer de l’UMP pendant la campagne, le gouvernement – Premier ministre en tête – a tenu à minimiser la portée nationale du scrutin. François Fillon assurant même, dès hier, que le gouvernement allait poursuivre sa politique. Pour la majorité, la seule leçon à retenir de ces mauvais résultats est celle de "l’impatience des Français" à voir le résultat des réformes.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017