Excite

Elle s'appelait Neda

La répression iranienne est de plus en plus meurtrière. Samedi, Neda a été abattue froidement. La vidéo de son agonie passe en boucle sur le web, baignant dans son sang sous les yeux de son père, qui ne peut rien faire.

Tuée d’une balle en pleine poitrine, elle devient l’icône contestataire du régime d’Ahmadinejad. Le président actuellement élu provoque une vague importante de manifestations, une foule qui se dresse face à des élections orchestrées et sans valeur. La population soutient son opposant, l’Iranien Mir Hossein Moussavi dans une quête vers la démocratie.

Mais la lutte contre le pouvoir en place prend une toute autre tournure avec l’assassinat de la jeune femme. Pour l’heure, la vidéo est réservée à un public averti. La scène est extrêmement poignante. Neda agonise, perd son sang, meurt en deux minutes.

Mort de Neda en vidéo



L’identité de la victime reste incertaine. Pour le Foreign Policy se serait Neda Agha Soltan, jeune femme de 27 ans. D’autres versions appuient la thèse d’une jeune fille de 16 ans, Neda Soltani venue manifester avec son père. Bon nombre de quotidiens s’interrogent sur les circonstances de la mort de Neda : Qui l’a tué ? Pourquoi ? Comment ?

Comme pour son nom, les histoires s’entrecroisent : se serait un bassiji (milicien dévoué corps et âmes au Guide suprême Ali Khameneï) à moto qui l’aurait tué au hasard, ou un bassiji caché sur le toit d’une maison qui aurait sciemment visé son cœur…

Lors de cette manifestation, une dizaine de personnes aurait trouvé la mort. Des photos de la jeune femme ont été affichées lors de plusieurs rassemblements à Istanbul ou à Los Angeles. Mir Hossein Moussavi, opposant de Mahmoud Ahmadinejad, souhaiterait rebaptiser la rue dans laquelle a eu lieu le drame en rue Neda.

Photo : ngepress.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017