Excite

Euthanasie: après Chantal Sébire, Clara Blanc

"Votre vie s'arrête là. Vous avez 25 ans. Vous n'aurez pas d'enfant. Vous n'avez pas d'avenir", c'est ce qu'un grand ponte de la rhumatologie a dit à Clara Blanc, à Lyon, en 2002.

Depuis une dizaine d'années, elle souffre de douleurs au cou, de tensions à l'épaule. Puis une double sciatique, des luxations de hanche à répétition l'on conduit à un diagnostic sans équivoque: "Votre vie s'arrête là".

Clara Blanc est atteinte du syndrome d'Ehlers-Danlos (SED), une maladie génétique rare (un cas pour 10.000 naissances) qui s'attaque aux articulations (c'est le cas de Clara) ou à la peau. "Les douleurs sont chroniques, je prends des antalgiques. Quand je suis trop faible, je mets des atèles pour les doigts et les poignets. Petit à petit, on va vers la paralysie. A force de ne plus bouger, on perd des muscles. Là-dessus, il y a des atteintes cardiaques, ophtalmiques, les vaisseaux sont plus fragiles... Il paraît que dans cinq ans, je serai en fauteuil électrique", confie l'intéressée au quotidien Midi Libre.

La médiatisation de l'affaire Vincent Humbert, puis celle de Chantal Sébire, ont poussé Clara à réfléchir sur sa fin de vie. Elle ne veut pas être dépendante de la société et surtout des siens. Se retrouver dans un état de paralysie totale, elle ne le souhaite pour rien au monde. "A un moment, je pense que je serai alitée, complètement dépendante, je me chierai dessus, il faudra me donner la becquée quel est le sens de tout ça ?". Pourtant, la jeune femme affirme ne pas être "suicidaire".

Clara Blanc a écrit à Nicolas Sarkozy et à la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Elle demande un référendum sur le suicide assisté et le droit à mourir dans la dignité.

Cliquez sur le lien pour lire la lettre envoyée par Clara Blanc.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017