Excite

François Hollande et Valérie Trierweiler en Inde

Après avoir accompagné, hier matin, François Hollande lors de la première étape protocolaire de la visite présidentielle en Inde, Valérie Trierweiler a quitté le cortège au mémorial Gandhi à New Delhi pour faire sa vie de première dame.

Au menu : la visite d’une fondation dans la banlieue de New Dehli qui accueille 300 enfants pauvres, puis détour par une association franco-indienne qui s’occupe des enfants retirés de leur famille et enfin visite d’un programme de l’ONG Action contre la faim (ACF). Le problème est que Valérie Trierweiler veut un peu tout et son contraire. Elle aimerait bien que la presse s’intéresse à elle, mais pas n’importe quelle presse. Pas de journaux, par exemple. Et pour ce qui est des images, elle est d’accord pour être suivie par une équipe de télévision, mais pas par celle de TF1. Pour quelle raison ?

Parce qu’elle est en procès avec Christophe Jakubyszyn, le chef du service politique de TF1, pour son livre "La Frondeuse". Cette mise au ban fait doucement rigoler la profession, puisque ces images dites de pool sont en fait remises au pot commun et pourront donc être utilisées par TF1.

Donc Valérie Trierweiler est d’accord pour être accompagnée mais seulement par un journaliste d’une radio et/ou d’une agence. Le hic c’est que ni les agences (Reuters ou AFP notamment) ni les radios n’ont envie de suivre les pérégrinations de la première dame. Même si hier, les services de l’Elysée ont bien essayé de faire de la retape. En vain. Voyant que Valérie Trierweiler était désespérément seule, Paris Match (qui est aussi son employeur) a tenté sa chance au cas où, mais a essuyé un refus.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017