Excite

Historique: Obama veut un nouveau départ avec l’Iran

L’allocution est historique. Jamais un Président américain n’avait souhaité, avant lui, renouer des liens avec le pays, en postant sur Youtube une vidéo proposant d’améliorer des relations hostiles, vieilles de trente ans.

C’est durant le nouvel an iranien, que Barack Obama a souhaité aller plus loin avec l’Iran. Il a envoyé un message fort pour un dialogue ouvert, effaçant ainsi des années de heurts. "Je voudrais parler directement au peuple et aux dirigeants de la République islamique d'Iran" affirme-t-il, s’adressant autant au régime islamique qu’au peuple iranien.

Cette vidéo a été sous-titrée en farsi (langue locale) et a été envoyée à l’occasion de la grande fête de Norouz. Fait majeur, c’est la première fois qu’un tel discours est adressé avant la fête du nouvel an. L’ancienne pratique voulait que le Président félicite uniquement le peuple iranien après les célébrations. Cette fois-ci, Barack Obama y intègre le régime islamique pour un "avenir où les anciennes dissensions sont surmontées".

Rompre avec la politique de Bush

Obama a d’autres perspectives. Il est déterminé à "rechercher un dialogue honnête et fondé sur le respect mutuel". Il est également prêt à reconnaître l’Iran comme un acteur majeur dans ses futures relations avec le gouvernement américain. Elles sont au point mort depuis 1980: plus aucune relation diplomatique, heurts au sujet du Proche-Orient et au Conseil de sécurité de l’ONU.

À l’inverse de Bush qui avait classé Téhéran sur sa liste noire comme étant "l’axe du mal", Obama veut une "diplomatie qui traite la totalité des problèmes" même celui de l’arme nucléaire iranienne. Il relativise cependant et affirme que les États-Unis seraient prêts en cas de riposte ennemie: "on ne peut obtenir cette place par la terreur ni par les armes, mais par les agissements pacifiques, ce processus ne progressera pas par la menace".

Une intervention saluée par tous

Nicolas Sarkozy a vu "plutôt une bonne nouvelle" dans l'intervention de son homologue américain. La Russie estime que "le début d'un dialogue substantiel facilitera la renaissance de la confiance dans la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien".

La réaction iranienne a été positive, mais très prudente. "Nous accueillons favorablement la volonté du président américain de mettre de côté les différences passées, mais le moyen d'y arriver n'est pas de demander à l'Iran d'oublier unilatéralement l'attitude agressive des États-Unis par le passé", a affirmé à l'AFP, Ali Akbar Javanfekr, le conseiller de presse du président Mahmoud Ahmadinejad.

Message pendant le nouvel an iranien (vostf)



Photo: thedailysnack.files.wordpress.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017