Excite

Incident diplomatique France Bolivie : l’avion de la honte

  • Getty Images

Mardi soir, en raison de rumeurs selon lesquelles le très gênant Edward Snowden à l’origine des révélations du programme PRISM des Etats-Unis se serait trouvé à bord de l’avion du président bolivien Evo Morales, un certain nombre d’Etat –France comprise- auraient fermé leur espace aérien à l’appareil de retour de Moscou. Résultat : gros souci diplomatique entre la Bolivie et la France qui a non seulement fait enrager Morales, mais qui s’est aussi fortement décrédibilisée auprès de ses concitoyens.

Le président socialiste Evo Morales s’est vu traité comme "un criminel". Son avion parti de Moscou, a été contraint à faire une première escale non prévue de 13 heures à Vienne en Autriche puis aux Canaries car il lui a été interdit de survoler les territoires français, italiens, portugais et espagnols.

"Nous avons déterminé qu'il semblait y avoir une rumeur infondée sur la présence de M. Snowden à bord de l'avion", a déclaré David Choquehuanca, ministre bolivien des Affaires étrangères. "Nous ne savons qui a inventé ce mensonge." Mais Ruben Saavedra, ministre de la Défense a été moins clément : "Nous avons des soupçons sur le fait que ces pays ont été manipulés par une puissance étrangère, en l'occurrence les États-Unis, afin d'intimider l'État bolivien et le président Evo Morales."

Cette patate chaude d’Edward Snowden fait décidemment perdre la tête à de nombreux pays. Quitte à créer un bel incident diplomatique et à insulter un pays entier. "C'était quasiment comme un enlèvement de près de 13 heures" s’est exclamé le président bolivien, "une erreur historique", une "agression envers l'Amérique latine".

Pour Sacha Llorenti, ambassadeur de la Bolivie auprès de l’ONU, il s’agit d’une "violation des règles du droit international", d’autant que "La vie du président, de sa délégation et de l'équipage de l'avion a été mise en danger" ajoutant qu’une "procédure a été engagée par son pays".

Edward Snowden qui risque l’exécution s’il devait être extradé aux Etats-Unis pour avoir révélé un programme de surveillance des communications dans le monde entier par les renseignements américains, a récemment accusé son pays d’avoir espionné les communications de l’Union Européenne. Cette dernière information a crée une vague d’indignation et de protestations au sein des gouvernement européens, qui n’ont pas accepté le droit d’asile à cet ex-employé de la NSA pour autant. Edward Snowden accuse Barack Obama, de "faire pression sur les dirigeants" des pays auprès desquels il cherche une protection.

L’affront dont a été victime le président bolivien et toute l’Amérique latine rappelle l’influence écrasante des américains sur les pays européens. En réaction, l’ambassade de France a été prise pour cible par des jets de cailloux ce mercredi. Le parlement bolivien a annoncé qu'il allait demander l'expulsion du pays des ambassadeurs de France et des autres pays impliqués dans l’affaire. Tandis que le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius "a téléphoné à son homologue bolivien pour lui faire part des regrets de la France".

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017