Excite

Josef Fritzl avait tout prémédité

La police en est convaincue: Josef Fritzl, l'homme qui séquestra et viola sa fille Elizabeth pendant vingt-quatre ans, avait soigneusement prémédité son acte.

Le tortionnaire avait mis en place un plan diabolique, tout était prévu et prémédité, pour abuser de sa fille, âgée de 18 ans lors de son enlèvement en 1984, et en garder le secret pendant 24 ans, sans que personne ne se doute du calvaire vécue par la jeune femme aujourd'hui âgée de 42 ans, et trois de ses enfants, Kerstin (19 ans), Stefan (18 ans) et Félix (5 ans). Ces trois derniers n'avaient jamais vu la lumière du jour avant leur libération le 26 avril.

'Nous avons affaire à un homme dont toute la vie tournait autour d'une obsession, son désir sexuel pour sa fille”, analyse Franz Polzer, le chef de la police criminelle de Basse-Autriche. “Pour que cela reste caché, il avait tout prévu jusque dans le moindre détail et passait son temps à mystifier son entourage”. Le bourreau fournissait ainsi à ses captifs des comprimés de vitamine D, qui favorise la croissance osseuse en l'absence de lumière naturelle.

Examens psychiatriques

Lors de ses voyages annuels en Thaïlande ou à Chypre, parfois longs de trois semaines, Fritzl prenait soin d'accumuler suffisamment de réserves en nourriture et en eau dans le cachot pour ne pas laisser mourir de faim ou de soif sa progéniture. Ce qui accrédite, selon la police, la thèse d'un seul et unique coupable. Fritzl serait même parvenu à flouer sa propre femme, Rosemarie, âgée de 68 ans, hospitalisée en état de choc lors de l'arrivée de la police sur les lieux le 26 avril.

Josef Fritzl, placé en détention provisoire, doit être prochainement examiné par un expert psychiatre, qui déterminera si l'homme peut être jugé responsable de ses actes. Son avocat, Rudolf Mayer, a annoncé qu'il plaiderai la démence, afin d'éviter la prison à son client et l'envoyer dans une clinique psychiatrique. La loi autrichienne prévoit une peine de quinze ans de prison pour viol, mais Fritzl pourrait être condamné à perpétuité s'il était reconnu coujpable d'”homicide pour négligence”, pour avoir laissé mourir un septième enfant, un nourrisson de 3 jours, dans la cave en 1996, faute de soins appropriés.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017