Excite

La Chine censure les incidents parisiens

Retransmis entre 19H00 et 19H30 (13h en France), le journal pékinois a commencé à évoquer le passage dans la capitale parisienne de la flamme olympique en milieu d'édition avec des images de l'ancien athlète français Stéphane Diagana sortant de la Tour Eiffel.

Découvrez la flamme olympique à Paris dans notre galerie photos

Ensuite, le journal a abordé les incidents qui ont émaillé le passage de la flamme à Londres (vidéos), montrant notamment la tentative d'un manifestant de s'emparer de la torche. Aucune chaîne de télévision chinoise ne retransmettait en direct l'étape parisienne de la flamme des jeux Olympiques de Pékin.

Le Comité d'organisation des jeux Olympiques de Pékin (Bocog) a "fermement" condamné lundi les incidents qui ont émaillé dimanche le passage de la flamme olympique à Londres, accusant les "séparatistes tibétains". "Nous condamnons fermement la perturbation du passage de la flamme par les séparatistes tibétains", a déclaré Wang Hui, une porte-parole du Bocog. Mais rien n'a été dit concernant les nombreux heurs à Paris. Pas une allusion sur la flamme volontairement éteinte puis embarquée dans un autobus sécurisé, pas une vidéo des dérapages et encore moins d'images des tibétains venus manifester en nombre.

Interviewé sur le plateau du Soir3 (France 3) à 23h15, l'ancien champion olympique de judo qui dirige la Commission des athlètes du Comité national olympique, David Douillet, est revenu sur les événements de la journée. Il sortait d'une réunion du Comité national olympique. Visiblement agacé, il a expliqué que selon lui, il fallait "arrêter cette mascarade du parcours de la flamme". A la question "fallait-il organiser les JO en Chine?", David Douillet a été très clair : "La réponse, on l'a vu en images. Ils ne sont pas au niveau. Non, on aurait pas dû le faire".

Découvrez le parcours chaotique de la flamme à Paris:





Crédits photo: Francois Mori

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017