Excite

La Chine sous tension après les attentats du Xinjian

A trois jours du lancement des Jeux Olympiques de Pékin, c’est un climat de tension qui plane sur les derniers préparatifs. Depuis l’attentat d’hier à Kashgar dans la province du Xinjiang, à 4'000 kilomètres de la capitale, qui a coûté la vie à 16 policiers, la sécurité est renforcée. Et même si, selon les autorités chinoises, des Ouïghours (musulmans turcophones chinois) présumés responsables ont été arrêtés, des mesures d’urgences ont été décidées.

Les accès à internet ont été fermés, un photographe de l’AFP a vu débarquer dans sa chambre des policiers qui l’ont obligé à effacer les photos prises sur le lieu de l’attentat. En outre, tous les journalistes sont suivis par des policiers en civil. Deux d’entre eux, japonais, ont même été brutalisés par les forces de l’ordre à Kashgar. Elles se sont par la suite excusées, précisent les autorités chinoises.

Une menace terroriste ?

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Interpol avaient annoncé récemment des risques accrus d’attentats par des séparatistes musulmans. La Chine, sûre d’elle, continue d’assurer qu’en cas de menace, elle saurait faire face. Comme les experts internationaux, elle s’accorde sur une branche extrémiste de ces séparatistes musulmans, l’ETIM, parti islamiste du Turkestan oriental, soupçonné d’avoir des liens avec Al-Quaida et placé, sous pression chinoise et américaine, sur la liste des organisations terroristes de l’ONU.

Un expert de la lutte anti-terroriste, ex-membre des forces spéciales au Tibet et au Xinjiang, Yang Huanning, a d’ailleurs été nommé en mai vice ministre de la Sécurité publique. Pékin, devenue véritable forteresse, sera donc très difficile à frapper selon les experts. D’autant que les déplacements des Ouïghours sont très contrôlés. Leur cause (l’indépendance du Xinjiang) n’étant pas le Tibet, ils ne devraient pas attirer la compassion internationale.

Photo: Rue89.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017