Excite

La cyber-brigade de David face à Goliath

Coincée entre des pays comme la Russie, la Suède, l’Estonie n’a eu de cesse de tenter de se défendre contre les appétits de ses voisins. Si elle a pu acquérir l’indépendance à la fin de la première guerre mondiale, sa petite taille la lui a fait perdre rapidement en la faisant passer dans le giron soviétique. Elle ne retrouvera sa liberté qu’en 1991, au grand dam des Russes.

Le gros soucis des Estoniens est que la population se compose d'une forte communauté d’origine russe. Si en 2004, l’Estonie, dans un souci de conservation naturelle a adhéré à l’OTAN et la Communauté Européenne, les choses n’en n'ont pas été réglées pour autant. Au cours de l’année 2007, la révolte s'est mise à gronder dans les rangs russophones lorsque le gouvernement a eu l’idée de déplacer le la statue d’un soldat de l’armée rouge du centre de la capitale vers la périphérie.

Modernité oblige, c’est alors que les principaux organismes politiques et économiques du pays commencèrent à subir des vagues de cyber-attaques jusqu’à en être paralysés. Si les hackeurs étaient majoritairement russes, les agressions, elles, provenaient d’un grand nombre de pays.

Du fait de sa petite taille – il ne compte quand même que quelques 1,3 millions face à plus de 147 millions de Russes – l’Estonie a un instinct de survie très développé. Il a vite créé, avec l’OTAN, une cyber-brigade qui est aujourd’hui reconnue au niveau mondial. Quand un David fait la nique à un Goliath, qu’est-ce qu’on dit ? palju õnne sulle(1), non?

Source Photo : Archer 10 (flickr.com)

(1)Félicitations!

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017