Excite

La déchéance de la nationalité selon Sarkozy

Le discours sécuritaire sur la déchéance de la nationalité tenu par Nicolas Sarkozy vendredi à Grenoble crée une immense polémique.

Nicolas Sarkozy s'est rendu vendredi 30 juillet à Grenoble pour l'intronisation du nouveau préfet de l'Isère Eric Le Douaron, un haut gradé de la police choisi suite aux violentes émeutes de Villeneuve survenues à la mi-juillet. Lors de sa venue, le chef de l'État a tenu un discours sécuritaire très tranché et annoncé un arsenal de mesures choc.

Les mesures choc

Parmi les différentes mesures énoncées, Nicolas Sarkozy souhaite la déchéance de la nationalité française pour 'toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d'un policier, d'un gendarme ou de toute autre personne dépositaire de l'autorité publique. (...) La nationalité française se mérite et il faut pouvoir s'en montrer digne, quand on tire sur un agent chargé des forces de l'ordre, on n'en est plus digne' a-t-il indiqué avec fermeté. Enfin, l'acquisition de la nationalité française dans le cas d'un mineur délinquant ne sera plus automatique lors de sa majorité.

Le président a également annoncé une extension des peines planchers 'à toutes les formes de violences aggravées'. La peine plancher est une peine minimale d'une durée incompressible qui n'est applicable qu'aux récidivistes. Il prévoit également d'instaurer 'une peine de prison incompressible de 30 ans pour les assassins de policiers ou de gendarmes'. Cette mesure sera discutée au Parlement très prochainement.

Nicolas Sarkozy s'est également exprimé au sujet des sans papiers. 'Je souhaite que l'on évalue les droits et les prestations auxquelles ont aujourd'hui accès les étrangers en situation irrégulière, une situation irrégulière ne peut conférer plus de droits qu'une situation régulière et légale!' a-t-il souligné.

Brice Hortefeux durcit le ton

Dans une interview accordée aux quotidiens Le Parisien et Aujourd’hui en France, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a affermi le discours sécuritaire tenu par Nicolas Sarkozy. Il propose d'étendre la déchéance de la nationalité française 'aux personnes coupables de polygamie, mais aussi d’excision, de traite des êtres humains ou d’actes graves de délinquance.'

Un véritable tollé

Les annonces de Nicolas Sarkozy et de Brice Hortefeux ont provoqué un torrent d'indignation. Le porte-parole du PS, Benoît Hamon a notamment qualifié le discours de Nicolas Sarkozy comme 'usé' et 'particulièrement grave'.'Nicolas Sarkozy est dépassé par l'insécurité, débordé par l'échec d'une politique beaucoup trop simpliste et il est engagé dans un bras de fer avec Marine Le Pen dans la perspective du premier tour de la présidentielle de 2012' a-t-il pointé.

Un discours d'extrême droite?

'On est dans la manière la plus insupportable d'attiser la haine en désignant ces étrangers qui viennent manger notre pain' a annoncé le président de La Ligue des Droits de l'Homme. La Cimade (Comité Inter Mouvements Auprès Des Évacués) a parlé 'd'un discours proche de l'extrême droite'. De son côté, Ségolène Royal a évoqué 'une surenchère populiste et xénophobe'. Le Front National, lui, a déclaré que Nicolas Sarkozy était 'pris de vertige devant la dégradation d'une situation sécuritaire qu'il ne maîtrise plus'.


Photo: dailymotion.com (copie écran)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017