Excite

La femme qui ne connaît pas la peur!

Une femme atteinte d'une maladie génétique rare, n'a jamais éprouvé le sentiment de la peur.


La peur, SM ne l'a jamais connue. Cette mère de famille britannique âgée de 44 ans est capable de regarder les films d'horreur 'The Ring', 'Arachnophobie', 'Le projet Blair Witch', d'enchaîner la visite d'une maison hantée, sans trahir la moindre émotion. SM n'est pas une dangereuse psychopathe. SM est simplement atteinte de la maladie d'Urbach-Wiethe. Une maladie génétique très rare ayant engendré la destruction de son complexe amygdalien. L'amygdale est une petite zone cérébrale en forme d'amande responsable du déclenchement du sentiment de la peur.

Des expériences effrayantes

Les scientifiques étudient très sérieusement le cas de SM depuis 20 ans afin de connaître plus précisément le rôle joué par l'amygdale. Ils ont exposé la femme à des situations particulièrement effrayantes. SM a ainsi côtoyé serpents, araignées et autres joyeusetés. Lors d'une expérience, elle a tenu un serpent pendant plus de 3 minutes et a même 'poussé le vice' jusqu'à lui toucher la langue... Lorsque les chercheurs lui ont demandé de classer son niveau de peur entre zéro et 10. Elle a déclaré avoir ressenti un niveau de peur équivalant à 2... Les chercheurs l'ont ensuite emmenée au Waverly Hills Sanatorium, un hôpital réputé hanté situé à Louisville dans l'État du Kentucky aux États-Unis. Elle était accompagnée pour cette expérience par 5 femmes inconnues. Alors que les cinq femmes poussaient des cris et se tordaient d'angoisse, SM, elle, n'a strictement rien ressenti. Elle a trouvé l'expérience amusante...

La vie de SM montre que ne pas ressentir le sentiment de peur n'est pas sans danger. SM se placerait en effet régulièrement dans des situations dangereuses mettant sérieusement en balance ses chances de survie. 'Parce que 'SM' n’a plus d’amygdale, elle semble privée de sa capacité à détecter et éviter les dangers qui l’entourent, il est même tout à fait remarquable qu'elle soit encore vivante' explique Justin Feinstein, un chercheur de l'Université de l'Iowa.

De nouveaux traitements

Tous ces éléments montrent bien que l'amygdale joue un rôle primordial dans le déclenchement du sentiment de peur. 'Une fois qu'elle détecte un danger, l'amygdale orchestre une réponse rapide de tout le corps qui nous pousse à rester loin de la menace, ce qui améliore nos chances de survie' explique le chercheur. Cette découverte pourrait permettre de soigner mieux le syndrome de stress post-traumatique. Un mal qui affecte près de 7.7 millions de personnes aux États-Unis et plus de 300 000 soldats revenus de la guerre d'Irak.

Photo:dontmiss.fr

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017