Excite

La fin du monde n'est peut-être pas passée loin

Lundi 2 mars 2009, 14h44 heure française, un gigantesque astéroïde d'une quarantaine de mètres de diamètres survole notre planète. Il s'approche de la Terre jusqu'à 72.000 kilomètres de sa surface, soit seulement 2 fois la distance à laquelle croisent habituellement nos satellites de communication.

Non, ceci n'est pas le début du scénario du dernier film d'action dans lequel Bruce Willis et le Président des Etats-Unis vont une nouvelle fois sauver la planète. En fait, cela s'est tout bêtement produit lundi. L'énorme "caillou", qui répond au petit nom de 2009 DD45, est passé si près de nous qu'on pouvait l'observer à l'oeil nu depuis certains points du globe (comme à Tahiti par exemple)

La panique ne s'est pourtant pas emparée des astronomes de Nouvelle-Galles du Sud en Australie qui l'avaient découvert vers la fin février. La NASA, après l'avoir dûment enregistré et doté d'un nom, avait calculé que cet objet céleste ne devait pas heurter notre planète cette fois-ci.

De petits météores pénètrent fréquemment la stratosphère mais sont détruits précisément au moment de leur entrée en collision avec l'atmosphère terrestre. Le dernier impact connu d'un gros astéroïde remonte à 1908 quand l'un d'entre eux, du même diamètre que celui qui nous a salué il y a quelques jours, se serait écrasé en Sibérie dans une zone, fort heureusement, désertique. On avait calculé à l'époque une explosion d'une puissance supérieure à plus de 1.000 "Hiroshima".

Pour une fin du monde digne d'Armaggedon, il faudra donc attendre encore un peu mais on annonce toutefois d'ores et déjà que d'autres aérolithes seraient susceptibles de venir "caresser" notre planète en 2014 et en 2036...

Une vidéo japonaise montre ce qui arriverait en cas d'impact :




Photo : top-news.fr

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017