Excite

La guerre des drones remise en cause aux Etats-Unis

«Entre janvier 2012 et février 2013, 90 % des personnes tuées au cours des opérations spéciales menées par les drones des forces américaines n’avaient pas été préalablement définis comme des cibles». Voici l’une des nombreuses révélations publiées par le site d’investigation américain The Intercept sous le nom de The Drone Papers.

Le site, fondé par le journaliste Glenn Greenwald, explique que l’ensemble de ces documents confidentiels ont été livrés par un lanceur d’alerte dont l’anonymat est préservé et qui, dans les articles d’Intercept, est désigné comme «la source». Il s’agit d’une «collection de documents nouvelle et révolutionnaire» sur la guerre des drones menée par la CIA et la Joint Special Operations Command (JSOC), du département de la Défense des Etats-Unis, notamment au Yémen, en Afghanistan et en Somalie.

The Intercept, qui a publié il y a quelques années les documents de la NSA révélés par Edward Snowden et a construit sa réputation sur la révélation de documents confidentiels, confie que la source a agi pour l’intérêt général et parce qu’il croit que «le public a le droit de comprendre le processus selon lequel des individus sont placés sur les listes de personnes à abattre» et de fait assassinés sans aucune forme de procès.

Ces documents ont fait l’objet d’un travail d’analyse de plusieurs mois réalisé par une équipe de journalistes du site américain, qui, au total, publie sept articles de fond sur la guerre des drones. Dans l’un de ces articles, Jeremy Scahill, accuse ouvertement l’administration Obama en affirmant que : «La doctrine find, fix, finish mise en place par les Etats-Unis après le 11 septembre a été institutionnalisée. Que ce soit par l’usage des drones ou de raids nocturnes, ces documents révèlent la normalisation de l’assassinat comme la clef de voûte de la politique antiterroriste américaine».

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017