Excite

La nation arc-en-ciel, un rêve avorté

En 2014, le vingtième anniversaire de la démocratie sud-africaine sera célébré. L’essentiel des réflexions sera probablement consacré à l’avancée ou au recul de la démocratie au cours de ces deux dernières décennies, mais il est peu probable que quiconque examine la tentative cet Etat de devenir une nation.

En réalité, la nation sud-africaine actuelle ne s’est pas construite sur ce que les habitants souhaitaient pour leur pays, mais sur ce à quoi ils s’opposaient : une société dont la population ne soit ni raciste ni sexiste. Ainsi ils sont restés fixés sur l’aspect négatif, issu de l’apartheid et du passé colonial.

Si les Sud-Africains ont essayé, avec succès, de modifier les lois pour que les injustices passées ne se reproduisent pas, les individus n’ont pas changés de comportement. Rien n’indique qu’un dialogue a lieu dans la sphère privée ou au sein des communautés sur ce qui doit être fait pour formuler un avenir différent, en des termes positifs cette fois. C’est comme s’il s’agissait d’un peuple sans rêves nouveaux et sans courage pour les faire advenir.

Ainsi le système patriarcal demeure la norme et seules les féministes s’y sont attaquées. Le racisme est censé avoir été aboli en 1994, mais il est toujours aussi présent. La liberté et la démocratie ne suffisent pas à constituer une nation. Alors, qui sont les citoyens de la RSA? Aux yeux du monde, sont-ils autre chose que le «peuple de Mandela»?

Quelles valeurs et caractéristiques nationales les parents inculquent-ils à leurs enfants? Comment expliquent-ils à leur progéniture ce que signifie être sud-africain ? Le Sud-Africain reste un individu complètement abstrait, qui n’existe que grâce à son passeport. En clair, un peuple sans identité nationale.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017