Excite

La pluie de réactions après les aveux de Cahuzac

  • Getty Images

L'onde de choc de l'affaire Cahuzac a traversé toutes les classes politiques confondues pour venir frapper en plein fouet une France à qui on venait demander jusqu'à hier rigueur et sacrifices.

Mélange de scandale financier et moral, le pays a été marqué tant par le mensonge que par le délit. Pourtant selon Fabrice Arfi, le journaliste de Mediapart qui est au coeur de l'enquête Cahuzac, il faudrait laisser de côté la psychanalyse publique face au mensonge d'un homme, pour ne se concentrer que sur la fraude de la part d'un ministre censé lutter contre la fraude fiscale.

Au lendemain des aveux du ministre du budget, Excite.fr vous propose de faire le tour des tribunes pour entendre les déclarations à chaud des principaux acteurs politiques français.

A droite : on suspecte

François Fillon : "Je vois aujourd'hui où est la faillite morale. Elle est du côté d'une gauche qui est prompte à critiquer mais qui se conduit souvent d'une manière très différente de ses principes et de ses valeurs".

Jean-François Copé voit dans l'affaire Cahuzac, la faillite de tout un gouvernement. Selon Copé, François Hollande a "bâti tout un système pour se faire élire par les Français. Vous vous souvenez de la formule +Moi président+ ' Moi président, je rétablirai la croissance, elle s'effondre, moi président je garantis la sécurité, l'insécurité explose, moi président je rétablirai la morale, il n'y a plus de quoi faire des leçons de morale. Le système du +moi président+ s'est effondré".

Pour Claude Goasguen, député UMP, c'est le ministre de l'économie et des finances Pierre Moscovici qui doit démissionner. "Pierre Moscovici avait tous les éléments à sa disposition pour se poser des questions sur la sincérité de Jérôme Cahuzac. Or, il s'est contenté de demander à M. Cahuzac 'Vous avez fraudé le fisc?' Il a répondu 'non', et la porte a été fermée." Pierre Moscovici de son côté, admet avoir péché par excès de confiance.

Au centre : ou vais-je, qui suis-je ?

Francois Bayrou "Le scandale Cahuzac vient d'exploser en plein vol et, une fois de plus, les dégâts sont considérables et dévastateurs pour le monde politique français".

A gauche : place au démineurs

Pour Francois Hollande, il s'agit ni plus ni moins d'un "outrage fait à la République". Il se pose donc en victime de son ministre Jérôme Cahuzac.

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du drit des femmes du gouvernement Ayrault assure sur Europe 1 que "Nul n'est à l'abri d'avoir un menteur dans sa propre famille"

Pour le parti socialiste, Cahuzac est out. Harlem Désir explique que Jérôme Cahuzac s'est "exclu de fait du Parti socialiste".

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault, est "abasourdis mais pas K.-O". La ministre de la culture Aurélie Filippetti se sens flouée comme tous les Français, car ce sont des déclarations très fortes qui ont été faites devant l'Assemblée nationale".

A gauche toute : la lutte des castes

Pour Jean luc Mélenchon "Voila le prototype de ce qu’on appelle un salaud, au sens du philosophe Sartre".

Pierre Laurent, secrétaire du PCF attend des mesures fortes contre l'évasion fiscale : "Les moyens de la lutte contre l’évasion fiscale et les fraudes doivent être renforcés. Les conflits d’intérêts entre les puissances de l’argent et les pouvoirs politiques doivent être attaqués à la racine". "C’est seulement ainsi que l’on empêchera le +tous pourris+ de prospérer et d’empoisonner la vie politique".

A droite de la droite

Marine Le Pen dénonce un "mensonge d'Etat". "Le président de la République et le premier ministre étaient au courant". "Je préfère penser cela. Sinon cela voudrait dire qu'ils sont tellement incompétents qu'ils n'étaient pas informés de la situation".

Rayon désenchantés :

La journaliste Audrey Pulvar visiblement émue "La gauche n'a cessé de nous cocufier".

Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail et membre du bureau national du Parti socialiste: "Je suis socialiste, mais je ne peux pas tolérer ça." "on va désormais chercher quelques milliards dans les allocations familiales, quelques milliards dans les petites retraites... Mais de qui se moque-t-on ?"

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017