Excite

La zoophilie sera bientôt interdite en Allemagne

  • Youtube : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe (sans jamais oser le demander)

En Allemagne, la zoophilie, dite aussi la bestialité n'est pas illégale. Elle l'a été durant la période nazie, mais depuis 1969 elle ne l'est plus. Depuis 1969 en effet, les lois sur le sexe se sont libéralisées, dépénalisant ainsi l’homosexualité, mais permettant aussi les relations avec les animaux. La zoophilie est réprimandée seulement si elle est pornographique.

Lundi 26 novembre dernier, des sources parlementaire et gouvernementale à Berlin ont révélé qu'ils voulaient mettre fin à cette pratique jugée cruelle envers les animaux en se dotant d'une loi interdisant la zoophilie.

L'interdiction de la "bestialité" fait plus largement partie d'un paquet de mesures visant à renforcer la protection animale en Allemagne en conformité avec les directives européennes. "Nous voulons faire interdire la zoophilie dans un projet de loi sur la protection animale" traduit Hans-Michael Goldmann, président de la commission du Bundestag. Toujours selon le député du FDP (Parti libéral) "Il est inconcevable que des souffrances soient infligées aux animaux". Le porte parole du gouvernement explique que "Jusqu'alors, il fallait prouver, après-coup, que des souffrances avaient été infligées à un animal" pour punir les actes zoophiles.

Le texte du projet de loi pourrait être rapidement adopté par les députés début décembre. Les actes sexuels avec les animaux devraient être passibles de 25 000 euros d'amende.

Le président de l'association zoophile ZETA, Michaël Kiok, -puisqu'il existe- s'oppose comme il se doit au projet, considérant que "la morale n'avait rien à faire avec la loi". Si l'association ne compte qu'une centaine de membres, Michaël Kiok estime à 100.000 le nombre de personnes attirées sexuellement par les animaux en Allemagne. Des "zoos érotiques", des "bordels pour animaux" ont même été identifiés, : on peut y avoir des rapports sexuels avec des animaux variés, des lamas aux chèvres. "Que tout acte sexuel avec un animal soit sanctionné, sans que soient prouvées des blessures, est une chose impensable" toujours selon Michaël Kiok.

En France, jusqu'en mars 2004, aucune loi ne punissait la zoophilie sauf dans le cas où l'animal subissait des sévices graves. A partir du 9 mars 2004, il est interdit de maltraiter des animaux ou d'avoir des relations de nature sexuelle publiques ou non envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité sous peine de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

En 2007 un homme a été condamné pour la première fois en France à un an de prison avec sursis, interdiction définitive de posséder un animal et 2 000 euros d'amende pour avoir sodomisé son poney.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017