Excite

L'Autriche leader de la cause antinucléaire en Europe

«Le nucléaire est une source d'énergie du siècle dernier. Elle est dépassée car elle n'est pas durable, elle présente des risques élevés et elle n'est rentable qu'à l'aide de subventions injustifiées», souligne le ministre autrichien de l'Environnement Andrä Rupprechter. Il ajoute : «L'avenir est aux énergies renouvelables et nous devons faire en sorte que ces énergies bénéficient d'un cadre équitable pour s'imposer sur le marché».

Un credo antinucléaire plébiscité par la population et porté par l'ensemble de la classe politique autrichienne, des Verts à l'extrême-droite. Avec 75% de son électricité tirée de sources renouvelables, l'Autriche, qui dispose de riches gisements hydro-électriques et a misé très tôt sur l'éolien, se présente volontiers en premier de la classe dans le domaine.

Le pays veut toutefois faire encore mieux: il s'est fixé pour objectif de subvenir d'ici quinze ans à la moitié de ses besoins énergétiques totaux (chauffage, transports et industrie compris) grâce aux énergies renouvelablesqui couvrent déjà un peu plus du tiers (34%) de sa consommation.

Mais il ne s'en est fallu que d'un cheveu pour que l'Autriche ne devienne un pays nucléaire comme la grande majorité de ses voisins européens. En effet, en novembre 1978, à quelques jours de l'entrée en service de la première centrale nucléaire du pays (construite pour l'équivalent d’un milliard d'euros actuels) à Zwentendorf, les Autrichiens avaient en effet dit non par 50,47%, lors d'un référendum. Actant ce coup de tonnerre, le parlement autrichien adoptait un mois plus tard une loi interdisant l'exploitation de l'énergie nucléaire, tuant dans l'œuf un vaste programme de construction de centrales atomiques. Cette interdiction a été élevée au rang de principe constitutionnel en 1999.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017