Excite

Le bateau aspirateur de marées noires

  • Getty Images

Le Spillglop-250 est un faux monocoque de 25 mètres de long et 7 mètres de large, dont le tout premier exemplaire a été acheté par Taïwan et les suivants par d'autres pays étrangers, explique Robert Gastaldi, fondateur de la société Ecocéane qui l'a conçu, une entreprise basée à Paimpol en Bretagne. «Il s'agit en fait d'un catamaran dont les deux coques sont reliées au-dessus et en-dessous. La proue s'ouvre pour laisser entrer l'eau à l'intérieur et, pour en capter davantage, deux mâchoires auto-flottantes s'abaissent à l'avant», détaille-t-il.

Ainsi le Spillglop-250 ratisse plus large et améliore les capacités de nettoyage: jusqu'à 50 000 mètres cubes par heure, avec une récupération des hydrocarbures flottants allant jusqu'à 100%, et ce, même par vent de force 6 à 7. C'est le seul bateau au monde à pouvoir travailler par ces conditions météorologiques, assure Eric Vial, directeur d'Ecocéane. Les autres ne peuvent évoluer que par temps calme.

A l'intérieur du bateau, l'eau passe dans une sorte de canal entre les coques. Le pétrole étant plus léger que l'eau, celui-ci se retrouve en surface où il est aspiré par une pompe et stocké à bord, dans une limite de 120 mètres cubes, ou directement envoyé via une conduite dans un cargo à proximité. Le Spillglop-250 peut œuvrer même lorsque les hydrocarbures et l'eau se sont mélangés en une émulsion: «Lorsque cette mayonnaise se développe, le bateau s'arrête pendant environ une heure, le temps de chauffer l'eau à bord à 35°C pour séparer les éléments et pouvoir aspirer le pétrole», détaille Eric Vial.

Ecocéane développe toute une gamme d’autres «bateaux-aspirateurs»: le Cataglop, destiné au nettoyage portuaire des déchets solides et liquides, mais aussi le Workglop, bateau de travail et de récupération des mêmes matériaux aux abords des plateformes pétrolières et dans les grands ports commerciaux.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017