Excite

Le carbone 14 utilisé pour repérer l'ivoire illégal

Les enquêteurs spécialisés dans le trafic d'animaux vont bénéficier d'un nouveau test. Celui-ci mesure le carbone 14 de l'ivoire et permet d'en déterminer l'ancienneté, un outil idéal pour démasquer les échantillons revendus de manière illégale, ont annoncé les scientifiques. Cet outil sera donc utile pour identifier les objets acquis illégalement, soit après que l'interdiction d'en faire commerce soit décidée en 1989.

« Nous avons développé un outil qui nous permet de déterminer précisément l'ancienneté d'une défense ou d'un objet en ivoire, et ainsi de déterminer s'il a été acquis de manière légale », a déclaré Kevin Uno, auteur de l'étude parue dans le journal de l'Académie américaine des Sciences.

Des dizaines de milliers d'éléphants sont tués chaque année pour l'ivoire de leurs défenses, et il ne reste à ce jour qu'environ 423 000 éléphants d'Afrique, selon des experts.

Et malgré les accords internationaux qui interdisent le commerce de l'ivoire des éléphants d'Asie depuis 1975, et des éléphants d'Afrique depuis 1989, le massacre continue, notamment en raison du manque de moyens des autorités pour déterminer l'âge de l'ivoire.

« Notre méthode de datation est abordable pour les gouvernements et les agences spécialisées et elle devrait permettre de freiner le braconnage et la crise du commerce international illégal », a ajouté M. Uno. Le test coûte environ 500 dollars (environ 385 euros) et utilise une technique d'analyse du carbone 14 des échantillons.

Du carbone 14 s'est dispersé dans l'atmosphère dans les années 1950 après les essais nucléaires menés par les Etats-Unis et la Russie. Son niveau a atteint son maximum dans les années 1960 avant de décliner depuis. Le test mis au point devrait être valable encore une quinzaine d'années : ensuite, le niveau de carbone 14 dans l'atmosphère devrait être revenu au niveau antérieur aux premiers essais nucléaires.

Les chercheurs ont testé leur nouvel outil sur 29 animaux et échantillons, dont des défenses d'éléphants, des dents d'hippopotames, des poils de singe et même de l'herbe du Kenya, tous collectés à des dates précises entre 1905 et 2008. Les différents échantillons créés à la même période présentent tous de la même quantité de carbone 14 : ainsi les quatre plus vieux venant d'animaux morts entre 1905 et 1953 recèlent le moins de carbone 14 car ils datent de la période avant les premiers essais nucléaires.

« En datant précisément l'âge de l'ivoire on peut vérifier s'il a été acquis légalement ou non», a encore dit Kevin Uno. « Actuellement 30 000 éléphants sont tués chaque année pour leurs défenses, donc il y a un besoin impérieux de renforcer l'interdiction du commerce international et de réduire la demande ».

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017