Excite

Le "coeur de la patrie" s'est arrêté de battre : Hugo Chávez est mort

  • Getty Images

On savait Hugo Chávez, le 52ème président du Venezuela gravement malade. Il est mort hier à 58 ans après deux ans de combat contre un cancer du colon détecté à Cuba en juin 2011.

"Nous avons reçu l'information la plus dure et la plus tragique que nous pouvions annoncer à notre peuple. À 16 h 25, aujourd'hui 5 mars, est mort notre commandant, le président Hugo Chavez Frias" a déclaré le vice-président et le désormais président par intérim Nicolas Maduros devant les caméra de la télévision d'Etat.

Le ministre de la Communication multipliait depuis lundi les annonces concernant la détérioration de l'état de santé du président.

Pour Nicolas Maduros, la maladie d'Hugo Chávez serait le fruit d'un complot visant à déstabiliser le pays. Il déclare officiellement via le petit écran : "Nous n'avons aucun doute, arrivera un moment dans l'Histoire où nous pourrons créer une commission scientifique (qui révélera) que le commandant Chavez a été attaqué avec cette maladie (...) Les ennemis historiques de cette patrie ont cherché un point faible pour atteindre la santé de notre commandant".

Il faut entendre par "ennemis historiques", les Etats-Unis. Deux membres de l'ambassade américaine ont déjà été invités à quitter le pays sous 24 heures. Nicolas Maduro a également déployé l'armée mardi soir afin de "garantir la paix". Une forte ambiance de suspicion s'est installée.

Chavez, c'est le père de la "Révolution bolivarienne", la figure indigène, le descendant du leader rebelle "Maisanta" et l'artisan de la nationalisation des industries clés de son pays.

La gauche française s'est émue de sa disparition. Christiane Taubira a exprimé sur Twitter sa solidarité envers le peuple Vénézuélien "qui dit sont coeur brisé et ses craintes du retour hardi des injustices et exclusions". Jean-Luc Mélenchon rappelle que la révolution bolivienne reste pour le Front de gauche une "source d'inspiration".

Pour François Hollande, Hugo Chávez "exprimait au-delà de son tempérament et de ses orientations que tous ne partageaient pas une volonté indéniable de lutter pour la justice et le développement."

Au pouvoir depuis 1999, le comandante a conservé une forte popularité dans le pays principalement grâce à ses programmes sociaux (distribution alimentaire MERCAL, "mission logement") qui ont amélioré la vie des citoyens jusque là exclus de la juteuse rente pétrolière.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017