Excite

Le dalaï lama condamne un “génocide culturel” au Tibet

Le dalaï lama a réclamé dimanche une enquête internationale sur les violences meurtrières au Tibet, et a condamné un “génocide culturel” après les émeutes à Lhassa qui ont fait 80 morts.

'Que ce soit de façon intentionnelle ou non, un génocide culturel est en train de se dérouler” a affirmé le chef spirituel des boudhistes tibétains, qui vit en exil en Inde. “ S'il vous plaît, enquêtez si cela est possible... Qu'un organisme international tente d'abord d'enquêter sur la situation au Tibet” a-t-il ajouté.

Selon lui, la Chine communiste impose un “régime de la terreur”, qui “s'appuie uniquement sur la force de façon à obtenir un simulacre de paix”. Dans cette région autonome chinoise, les tibétains sont traités “comme des citoyens de seconde classe”, s'est insurgé le dignataire religieux, ajoutant que la Chine commet des “violations énormes et inimaginables des droits de l'Homme”, allant jusqu'à la “négation de la liberté religieuse”. Le dalaï lama demande une “autonomie culturelle” du Tibet, tandis que d'autres exigent une indépendance pure et simple. Dans tous les cas, la Chine doit arrêter la brutale répression qu'elle exerce dans cette région.

Les photos des violences à Lhassa

Le lauréat du prix Nobel de la paix de 1989 s'est toutefois refusé à appeler au boycottage des Jeux Olympiques prévus en août à Pékin. “Je souhaite ces jeux”, a-t-il dit. “Le peuple chinois a besoin de se sentir fier. La Chine mérite d'accueillir les Jeux Olympiques” a-t-il estimé, ajoutant qu'”On doit rappeler à Pékin qu'il doit être un hôte convenable pour les jeux Olympiques”.

A l'étranger, les commentaires officiels ont souvent évité les condamnations trop formelles de la répression chinoise. Les Etats-Unis et l'Union Européenne ont fait part de leur inquiétude et appelé la Chine à la "retenue". La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite "préoccupée" et a prôné un "dialogue pacifique et direct" entre Pékin et le dalaï lama. Moins mesurée, l'Italie a demandé "avec beaucoup de fermeté" aux autorités chinoises de "mettre fin aux répressions et aux meurtres" au Tibet car ils ne sont pas "tolérables". Quant au gouvernement tibétain en exil, il a demandé samedi à la Chine d'agir avec "compassion" et "sagesse", et a appelé à une enquête de l'ONU sur les violences qualifiées de "violations des droits de l'Homme".

">La vidéo des violences à Lhassa

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017