Excite

Le Kosovo s’apprête à déclarer son indépendance

Il ne manque plus que le feu vert politique de l’Union Européenne pour lancer l’opération. En effet, les dirigeants kosovars se disent techniquement prêts à déclarer l’indépendance dès vendredi.

Mais la Serbie et la Russie, affolées par l’imminence de la déclaration d’indépendance du Kosovo, ont réclamé mercredi une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU le plus rapidement possible, pour tenter de l’en empêcher. Car ces pays, farouchement opposés à l’indépendance de cette province serbe, reprochent aux européens de vouloir s’affranchir de la tutelle des Nations Unies pour lancer cette mission, pour pouvoir s’implanter dans les balkans.

Ainsi, les vingt-sept sont en train de mettre en place une structure d’environ trois cents personnes, pour surveiller administrativement les premières années d’indépendance. Composée de policiers, juges, douaniers, conseillers politiques, elle travaillera en tandem avec les fonctionnaires locaux, et pourra se substituer aux autorités nationales en cas de ‘crimes sensibles’ (corruption, crimes organisés…). Elle veillera aussi par exemple à ce que la future Constitution du Kosovo respecte les droits de la minorité serbe (10 % de la population) ou protège les monastères serbes implantés dans la région.

A l’approche de l’échéance, le premier ministre serbe, Vojislav Kostunica, a qualifié les indépendantistes de ‘terroristes’, et n’a pas manqué d’ajouter qu’il ‘annulerait’ l’indépendance, dont il a contesté la légalité. Mais le chef de la diplomatie russe s’est voulu rassurant, déclarant que « la Russie ne compte pas parmi ses moyens d'action politique le recours aux représailles ou aux sanctions ».

Mais l’Union Européenne doit encore convaincre l’Espagne, la Bulgarie, la Grèce, la Slovaquie et la Roumanie avant de pouvoir appuyer et aider le Kosovo dans son indépendance.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017