Excite

Le point sur la marée noire en Nouvelle Zélande

Le porte-conteneur sous pavillon libérien s’est échoué le 5 octobre dernier au large d’une des plus belles côtes de Nouvelle-Zélande. 330 des plus de 1.630 tonnes de fioul qu’il transportait se sont déjà écoulées en polluant les fonds marins et le littoral. Pour les Néo-zélandais, c’est l’inquiétude qui règne et on les comprend.

Il y a d’abord la marchandise. Ce fioul lourd est hautement toxique et peut provoquer des dommages importants sur l’environnement. Selon les autorités du pays, ce seraient déjà plus de 1.000 oiseaux qui auraient péri suite à la marée noire. D’autres, plusieurs centaines, sont actuellement soignés. Parmi eux, on compte des espèces protégées et/ou menacées comme les pluviers roux, les albatros ou les pétrels de Cook.

Il y a ensuite l’état du Réna qui est fissuré sur toute sa longueur et peut se briser à tout moment laissant ainsi échapper sa cargaison. Mais ce qui provoque aussi l’inquiétude des Néo-zélandais, ce sont les intempéries qui ont déjà perturbé le pompage. Si celui-ci a débuté peu après le naufrage, il a dû être interrompu ensuite en raison du mauvais temps. S’il a repris cette nuit, une nouvelle tempête est encore prévue pour aujourd’hui. Il faut dire qu’avec des capacités de 20 tonnes par heure, l’opération de pompage risque d’être encore longue et il n'est pas dit que le navire ne finisse pas en morceaux.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017