Excite

Les blonds des îles Salomon ne descendent pas des Européens

Les habitants des îles Salomon, à l’est de la Papouasie-Nouvelle Guinée, ont une peau très foncée, mais ont toujours intrigué de part leurs cheveux blonds. Dorénavant, une étude scientifique a pu prouver que ces populations ont un gène qui leur est propre et qui expliquerait leurs cheveux blonds ; gène qui est différent de celui des Européens. « La fréquence de ce gène est d’environ 5 à 10% dans toutes les îles Salomon, ce qui est à peu près pareil là d’où je viens », a dit l’auteure de l’étude, Eimar Kenny, née en Irlande.

De manière globale, les cheveux blonds sont rares, à part peut-être dans certains pays du nord de l’Europe, ainsi qu’en Océanie, ce qui inclus les îles Salomon. Beaucoup pensaient que la couleur de ces cheveux était due à un ancien gène, qui se serait transmis depuis des siècles, depuis les premiers explorateurs européens. Or, les chercheurs ont pu prouver qu’il s’agissait d’une combinaison d’exposition au soleil et du régime alimentaire local, principalement à base de poisson.

Quand les chefs locaux ont donné leurs accords, les recherches ont pu débuter. Les participants ont donné de minces mèches de cheveux, ont fait tester leur peau, leur sang, leur salive, en crachant dans de petits tubes, pour en extraire l’ADN. Pas moins de 1000 échantillons ont été récoltés au bout d’un mois.

Ensuite, Eimar Kenny a commencé ses études en comparant les analyses d’habitants aux cheveux blonds à ceux qui n’en avaient pas. Elle a utilisé une méthode pour révéler les différences génétiques essentielles entre les deux groupes. L’équipe en est arrivée à isoler un gène nommé TYRP1. Et alors que les études étaient poussées, ils ont déterminé que le gène européen n’avait rien à voir avec la blondeur des cheveux de ces populations. « Par conséquent, les caractéristiques des cheveux blonds en Océanie équatoriale sont complètement indépendantes. C’est inattendu et fascinant », a conclu Eimar Kenny.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017