Excite

Les chats, ces bourreaux sanguinaires

Des biologistes américains ont estimé mardi derniers qu’aux Etats Unis les chats domestiques tuent chaque année plus de 3,7 milliards d’oiseaux et pas moins de 20,7 millions de souris, campagnols et autres petits mammifères.

Une étude publiée dans la revue Nature Communications révèle que Minou est probablement le plus grand tueur anthropique de ces espèces, dépassant les responsables plus connus tels que la disparition de leur habitat naturel, les produits chimiques agricoles ou la chasse.

Une équipe du Smithsonian Conservation Biology Institute à Washington dirigés par Scott Loss s’est penchée sur les habitudes prédatrices des chats. Selon les études antérieures, dans les régions tempérées d’Europe et d’Amérique du nord les chats qui ont accès à l’extérieur tuent chacun entre 30 et 47 oiseaux par an et entre 177 et 299 mammifères.

L’étape suivante consistait à obtenir une estimation du nombre de chats présents aux Etats Unis. L’équipe de Loss a calculé qu’il y avait environ 84 millions de chats domestiques ayant un foyer et que probablement 2 millions d’entre eux n’avait pas accès à l’extérieur ou n’allaient pas chasser. On peut y ajouter de 30 à 80 millions de chats sans foyer c’est à dire des chats inapprivoisés ou vivant en liberté sans et subsistant grâce à la bienveillance des gens.

L’Etude estime que « les chats domestiques tuent entre 1.4 et 3.7 milliards d’oiseaux et de 6.9 et 20.7 millions de mammifères chaque année », et ajoute que « les chats sans foyer sont responsable de la majorité de cette mortalité. »

La revue indique que les chiffres sont bien plus importants qu’initialement estimés, cela démontre que les chats « sont vraisemblablement la plus grande cause de mortalité anthropique (résultant de l’action de l’homme) des oiseaux et mammifères aux Etats Unis ». « Une politique d’intervention et une préservation scientifiquement valable (sont) nécessaires afin de réduire cet impacte », rapporte-t-elle également.

L’étude a tenté d’avoir une idée du nombre de reptiles et d’amphibiens victimes des chats, mais a fait chou blanc.

Selon la fameuse « Liste Rouge » compilé par l’union international pour la sauvegarde de la nature (IUCN), les chats dans les îles ont causé ou contribué à l’extinction de 33 espèces d’oiseaux, de mammifères et de reptiles.

Cette étude coïncide avec le débat féroce lancé en Nouvelle-Zélande, ou Gareth Morgan, un homme d’affaire devenu philanthrope, appelle à l’éradication totale des chats afin de sauver des espèces uniques propre à la faune du pays dont le célèbre oiseau coureur, le kiwi.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017