Excite

Les Chinois construisent une ville fantôme en Angola

Construite à environ trente kilomètres de Luanda, la capitale de l'Angola, Nova Cidade de Kilamba a été bâtie en seulement 3 ans. Une compagnie d'Etat chinoise, China International Trust and Investment Corporation a investi 3.5 milliards de dollars pour permettre au gouvernement angolais de disposer d'appartements flambants neufs capables d'accueillir 500 000 personnes.

C'est une histoire à dormir debout, et pourtant, ce projet a bien été réalisé. Avec un brin d'imagination supplémentaire, les Chinois ou le gouvernement angolais auraient peut-être pu penser à créer des emplois permettant aux Angolais d'avoir une possibilité d'acquérir l'un de ses jolis appartements prévu pour la classe moyenne, avec un balcon pour admirer la vue.

Seulement voilà, la classe moyenne n'existe pas en Angola. Soit les gens sont très riches, et préfèrent vivre dans des villas luxueuses ; soit ils sont très pauvres comme c'est le cas pour la majorité de la population, vivant avec deux dollars par jour. Même les ouvriers travaillant sur le site ne sont pas des locaux, ils sont tous chinois et vivent dans des batîments préfabriqués, en périphérie de la ville, comme l'a souligné Louise Revers, une journaliste de la BBC.

Vidéo de la publicité et du reportage BBC sur la ville

12 écoles ont été construites, mais la plupart d'entre elles sont encore vides. Les appartements étant mis sur le marché à des prix allant de 120 000 à 200 000 dollars, seuls 220 sur les 2800 construits ont trouvé preneurs. Mais, toujours selon la journaliste de la BBC, seul un supermarché à ouvert ses portes, et il est très difficile de trouver des habitants dans les rues de Nova Cidade de Kilamba, qui continue de sonner creux.

A qui profite cette ville ?

Tout d'abord, elle permet au président José Eduardo dos Santos de tenir sa promesse émise en 2008 qui était de construire un million de maisons en quatre ans. Il pense ainsi que le peuple aura suffisamment confiance en lui pour le réélire cette année, ce qui reste à voir. Bien entendu, les Chinois ne sont pas venus construire une ville par pure générosité envers le peuple angolais. Grâce à cette ville fantôme, ils seront privilégiés pour exploiter les ressources du pays, comme le pétrole, le diamant et le minerai de fer notamment.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017