Excite

Les restaurants-potagers sont à la mode

  • Getty Images

Quelques grands restaurants fonctionnent déjà sur le procédé du restaurant-potager et disposent d’un potager sur place, notamment outre-Atlantique, mais le concept arrive en Europe, notamment en France, répondant aux enjeux de développement durable et au défi de l’agriculture urbaine.

Aujourd’hui, près de 50% de la population mondiale se concentre dans les zones urbaines. D’ici 2050, cette proportion devrait atteindre 80 %. En associant potager urbain et nourriture hyper-locale, les restaurants-potagers seront une partie intégrante de la ville durable.

Il faut aller de l’autre côté de l’Atlantique pour trouver ce phénomène en masse. En effet, outre-Atlantique, dès les années 90, certains restaurants choisissent d’aménager sur leurs toits des potagers afin de cultiver leurs propres produits et les proposer ensuite à la carte aux clients. C’est le cas en 1995 à New York avec le précurseur Vinegar Restaurant.

Aujourd’hui, il en existe d’autres aux Etats-Unis. Ainsi, à Chicago, l’Uncommon Ground qui dispose d’un potager de 60m² sur son toit. Originalité encore à Washington, pour la Poste Moderne Brasserie puisque le potager est situé dans l’espace de réception du restaurant. Les convives peuvent se servir directement en tomates cerises et autres framboises pour garnir leurs assiettes.

Les chefs Français sont de plus en plus nombreux à se fournir chez les maraichers proches de leurs restaurants mais les restaurants-potagers en milieu urbain sont encore discrets. En France, ce nouveau phénomène arrive sous la houlette de deux restaurants parisiens qui ont aménagé des potagers sur les toits de la capitale : le Terroir parisien et son chef Yannick Alléno à la Maison de la Mutualité et le Frame, la brasserie de l’hôtel Pullman Tour Eiffel dont le potager occupe une superficie de 600 m².

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017