Excite

Les tueuses de masse, des criminelles au féminin

Le 29 janvier 1979, Brenda Ann Spencer, une lycéenne âgée de 16 ans, ouvre le feu depuis sa fenêtre sur les personnes présentes dans une école élémentaire à San Diego en Californie. La jeune femme équipée d'un fusil de chasse tue deux personnes adultes et fait neuf blessés, dont huit enfants. Issue d'un milieu familial instable et violent, elle déclara, sans que cela puisse être prouvé, avoir été victime d'inceste. Le fusil qu'elle utilisa lors de son massacre est un cadeau offert par son père pour la fête de Noël 1978. «J'avais demandé un poste radio, lui, il m'a acheté une arme à feu», déclarera-t-elle, bien des années plus tard. Interrogée sur les motivations de son acte après la tuerie, la jeune femme dira : «Je déteste les lundis». Condamnée, Brenda Spencer purge une peine de prison à vie, dans une prison pour femmes de Californie.

Le 30 octobre 1985, Sylvia Seegrist, une femme de 25 ans, ouvre le feu dans un centre commercial de Springfield (Pennsylvanie) aux Etats-Unis. Trois personnes trouvent la mort dont un enfant âgé de 2 ans. Sept autres seront blessées. Lorsque l'un des vigiles du centre la désarma, il lui demanda si elle réalisait ce qu'elle venait de faire. Sylvia répondit simplement : «Ma famille me rend nerveuse». Avant de réaliser son acte fou, la jeune femme a passé beaucoup de temps dans le centre commercial où elle commettra l'irréparable. Lors de son procès, Sylvia est reconnue coupable de ses actes et condamnée à soixante-dix ans de prison. Ce procès causa un débat très vif autour de l'évaluation de la dangerosité des personnes atteintes ou non de troubles mentaux. Il fut dès lors décidé de renforcer la prise en charge et l'aide aux personnes atteintes de troubles mentaux.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017