Excite

L'Irak est toujours plongé dans la violence

La feuille de route édictée en 2003 par George W.Bush tenait en peu de choses. Après la victoire des troupes américaines et britanniques, les Etats-Unis travaillent à faire en sorte que l'Irak rejoigne le giron des alliés de l'Occident. Mais, à en croire de nombreux diplomates occidentaux, la chute de Saddam Hussein a surtout permis à l'Iran de s'attribuer une influence inespérée dans la conduite des affaires de son voisin. Pis, depuis le départ des derniers soldats américains d'Irak en décembre 2011, Washington peine à faire entendre sa voix à Bagdad.

En soi, la guerre n'a pas duré très longtemps. Bagdad tombait le 9 avril et le 1er mai 2003, Bush déclarait la « Mission accomplie ». Mais l'après-guerre s'est avéré bien plus sanglant que le conflit en tant que tel. L'attentat contre un mausolée chiite de Samarra au nord de Bagdad, le 22 février 2006, a donné le coup d'envoi d'un conflit confessionnel d'une violence inouïe. De 2006 à 2008, les bastions sunnites d'Al-Anbar et de Mossoul, les villes saintes chiites de Najaf et Kerbala, mais aussi Bagdad, ont été le théâtre de combats de rue, d'attentats et d'assassinats mettant aux prises insurgés chiites et sunnites, d'un côté, et les forces de la coalition, de l'autre.

Les hostilités se sont soldées par la mort de 4800 soldats étrangers, dont une écrasante majorité d'Américains. Si les troupes étrangères sont rentrées chez elles et la violence a largement baissé en intensité, les attentats continuent quasiment chaque jour de tuer en Irak. Depuis l'invasion de 2003, au moins 110 000 civils irakiens ont péri dans les violences.

Les enlèvements sont devenus très communs dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein, Si les morts se comptent désormais par dizaines chaque mois plutôt que par milliers, beaucoup d'Irakiens s'accrochent encore à l'espoir de retrouver vivants des proches dont ils sont sans nouvelles depuis des années. Selon Arkan Thamer Saleh, chef des affaires humanitaires au ministère des droits de l'Homme, ces disparus sont officiellement 16 000, sans compter les cas qui n'ont pas été signalés.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017