Excite

L'ordre du chaos : la grande retrospective parisienne dédiée à Soutine

  • AFP

Attention : l'exposition de Soutine à l'Orangerie fermera ses portes le 21 janvier 2013. Les amateurs du peintre français d'origine russe n'ont plus que quelques semaines pour admirer une des plus grandes rétrospectives parisienne dédiée à l'artiste.

Plus de 60 tableaux dont 22 appartenant à la collection du musée sont exposés selon un parcours thématique relativement traditionnel, disposés par portraits, natures mortes, paysages etc.

Tableau après tableau, série après série, le visiteur entrera dans l'univers poétique et tourmenté de Chaïm Soutine.

Peintre russe naturalisé français, originaire d'une famille juive lituanienne, il est considéré comme un des plus grands représentants de l'expressionnisme violent et angoissé, qui fait écho à des artistes comme Egon Schiele. Sa vie bohémienne, sa clandestinité pour fuir la Gestapo, son ulcère à l'estomac, la destruction de ses toiles, sont autant d'éléments biographiques qui permettent de donner les clefs de lecture à l'ensemble de son oeuvre. Mais l'artiste reste encore une grande "énigme impossible à déchiffrer" pour les historiens de l'art. Secret, introverti, Soutine n’a laissé aucun journal et les photographies le représentant sont rares.

Ses séries qui virent chez le peintre à l'obsession, oscillent entre la séduction de l'ordre et celle du chaos. Mais si le sujet est répété, il n'est pour autant jamais épuisé. "S’il peint une douzaine de dindes, nous redécouvrons à chaque tableau ce qu’est une dinde" écrit en 1965 Andrew Forge.

Le marchand Paul Guillaume, dans sa revue "Les Arts à Paris" décrit comment le Dr. Barnes, un des ses plus importants clients, a découvert en 1923 la peinture de Soutine : " Un jour que j’étais allé voir chez un peintre un tableau de Modigliani, je remarquais, dans un coin de l’atelier, une œuvre qui, sur-le-champ, m’enthousiasma. C’était un Soutine et cela représentait un pâtissier. Un pâtissier inouï, fascinant, réel, truculen […] un chef d'oeuvre."

L'exposition s'ouvre sur le portrait que son ami et mentor Amadeo Modigliani a fait de lui, sur sa jeunesse à Paris, la bohème, la faim, l'alcool, les prostituées et l'effervescence de l'art en ces années tourmentées.

Celui qui ne supportait pas d'être observé pendant son travail, retirant la toile du chevalet lorsque quelqu'un s'en approchait, celui qui détruira un grand nombre de ses tableaux jusqu'à la fin de sa vie, nous a laissé une oeuvre puissante, dévoilant le suc même "des épaisseurs vivantes". Cette grande rétrospective à l'Orangerie en est un excellent témoignage.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017