Excite

Mairie de Bordeaux : les électeurs de gauche qui votent à droite

  • Getty Images

La ville de Bordeaux vit un véritable paradoxe politique ou plutôt illustre le fait que les français sont pragmatiques au niveau local et plus idéologiques au niveau national. Le chef-lieu de la région d'Aquitaine en est un parfait exemple. En effet, selon un sondage réalisé par Libération, l’actuel maire de Bordeaux UMP Alain Juppé pourrait l’emporter aux municipales 2014 dès le premier tour. Et pourtant les bordelais votent traditionnellement majoritairement à gauche lors des scrutins nationaux…

Les bordelais vous le confirmeront : depuis l’arrivée de Juppé à la tête de la ville en 2006, Bordeaux a pris un coup de jeune. Elle a définitivement tourné le dos aux "années Chaban" (Jacques Chaban-Delmas, maire de Bordeaux de 1947 à 1995). Tramways, quais, éclairage, activités et évènements culturels pour tous, nouveau pont, chaque année la ville se rapproche un peu plus de l’image des grandes métropoles européennes.

Et si on entend les bordelais rouspéter au sujet de la hausse des impôts locaux, des problèmes de circulation dus aux travaux ou aux nouvelles lignes de tramways, le bilan de l’action de Juppé est globalement favorablement pressenti. 53% des bordelais jugent en effet son action positive et 37% très positive.

Seuls 6% des personnes interrogées n’y ont pas trouvé leur compte. Son action « assainissante » de certains quartiers est en effet très mal perçue par beaucoup d’entre eux. On citera par exemple son projet d’embellissement de la place Saint-Michel dans un quartier populaire qui craint des augmentations en flèche des prix de l’immobilier. Ils reprochent également une « parinisation » de la ville impliquant l’exclusion des plus pauvres du centre ville. L'âme de la "ville rock" a pris un sérieux coup dans l'aile.

On retrouve d'ailleurs ces préoccupations dans les sondages. À la question "Parmi les sujets suivants, selon vous quel est celui auquel devrait se consacrer en priorité le futur maire ?" les bordelais mettent sur le podium la question économique -emploi (26%), le logement -augmentation des loyers, mal logement (24%) et la circulation et le stationnement (12%).

On retrouve à la quatrième place la question des impôts locaux, puisque Bordeaux est la ville où la pression fiscale est la plus élevée. Pourtant le mécontentement est très relatif (seulement 8%) car largement compensé par la qualité des services redistribués (51% des bordelais trouvent ces impôts justifiés).

Alain Juppé a donc de fortes chances d’être son propre successeur à la mairie de Bordeaux lors des prochaines municipales. 67% des Bordelais estiment que même au niveau national Alain Juppé mènerait une action positive en tant que figure modérée de l’UMP. Il a même réussi à faire oublier ses ex déboires judiciaires (emploi fictifs à Paris, souvenez-vous) qui lui avaient valu un an d'inéligibilité. 57% d’entre eux sont prêts à porter leur votes sur la liste conduite par Alain Juppé lors des prochaines municipales, ce qui se traduirait par une victoire dès le premier tour.

D’ici à mars les situations peuvent toujours s’inverser. Le candidat socialiste Vincent Feltesse a encore quelques mois pour s’imposer, et même s’il n’est pas aidé par la mauvaise image du pouvoir national, il jouit d’une notoriété élevée dans sa ville. Mais avoue-le, la ligne d’arrivée du marathon des municipales 2014 sera plus difficile à franchir pour certains que pour d’autres.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017