Excite

Malala au sujet de son jeune agresseur : "sa main tremblait"

  • Getty Images

Qu'elle reçoive le Nobel de la Paix ou pas, Malala Yousafzai, la jeune pakistanaise de 16 ans qui vient de recevoir le prix Anna Politkoskaïa vendredi à Londres est déjà devenue un symbole : celui de la résistance. The Guardian a obtenu de la jeune fille une interview exclusive alors que son autobiographie sort dans les libraires aujourd'hui. A quelque jours de l'annonce du lauréat d'un des prix internationaux les plus prestigieux, portrait d'un destin pas comme les autres.

Qui est Malala Yousafzai, la jeune favorite au Nobel de la Paix ? Malalaa est une fille qui a grandi dans une zone proche de l'influence des talibans dans le nord-ouest du Pakistan. En octobre 2012, la elle est victime d'une tentative d'assassinat par les talibans. Elle est blessée au cou et à la tête. Entre la vie et la mort pendant plusieurs semaines, la jeune fille finit par s'en sortir. Encore plus forte pour affronter son destin.

Pourquoi Malala a t-elle été la cible des Talibans ? Car elle s'est rebellée de leur autorité, depuis très jeune. À 11 ans elle écrivait déjà un blog dans lequel elle dénonçait leurs agissements. Elle déclarait vouloir devenir médecin, clamait défendre l'éducation des filles. En juillet 2013, elle rappelait le pouvoir de l'éducation dans un discours remarqué à la tribune de l'Onu. Un déjà grand CV pour une si courte vie.

Dans l'interview donnée au quotidien britannique The Guardian, Malala revient en particulier sur la tentative d'assassinat dont elle a été victime et sur son agresseur toujours en fuite aujourd'hui, de sa vie en Grande-Bretagne et de son engagement.

Malala est une jeune fille sûre d'elle, d'une assurance qui n'est pas habituelle à son âge, mais est aussi une personne gaie, qui aime jouer d'ironie. Une adolescente. Elle évoque avec nostalgie les montagnes du Pakistan, ses amies d'école. Elle parle de son amour pour ses parents, de l'injustice qui a été fait à sa mère, une personne intelligente et déterminée, qui n'a jamais pu recevoir une éducation, apprendre à lire et à écrire du seul fait qu'elle est une femme.

Son père avait quant à lui mis sur pied une école ouverte aussi bien aux filles et aux garçons dans une partie du monde où la différence entre les sexes est abyssale. Un exemple pour Malala. C'est d'ailleurs pour Ziauddin Yousafzai, le père que Malala s'inquiétait, ne pensant pas que les Talibans pouvaient s'en prendre à une écolière.

Pourtant c'est pourtant bien elle qui a été la cible des extrémistes. Son agresseur ? Un homme jeune de 20 ans environ, "un garçon". "C'est difficile de tenir une arme et de tuer quelqu'un" raconte calmement la jeune fille. "C'est peut-être pour ça que sa main tremblait. Il ne savait pas s'il en était capable. Mais les gens subissent un lavage de cerveau. C'est pour cela qu'ils font des choses comme des attentats suicide ou tuer des gens.". Et d'ajouter qu'elle pardonne à ce garçon car elle croit en la paix et en la miséricorde.

Malgré toutes les souffrances, Malala n'est pas en colère. Mais elle regrette le fait d'être devenue de par son engagement, une personne suspecte dans son propre pays, aux yeux de ses propres frères. Elle ne sait d'ailleurs pas si elle pourra revenir un jour dans son pays.

Elle vit aujourd'hui en Grande-Bretagne. Un choc culturel évidemment. Une partie du monde où l'on considère l'éducation des filles comme un acquis, un sujet qui n'existe pas. Pour elle cela reste au contraire une obsession, son combat à elle. "Plus tard, je serai une femme politique. Je veux changer l'avenir de mon pays et rendre l'éducation obligatoire" affirme t-elle.

Au delà de sa vie d'adolescente normale, de sa passion pour le cricket, point commun qu'elle partage avec tant d'autres pakistanais, Malala sait que son destin est lié à cette mission : se battre contre l'obscurantisme des talibans.

Son autobiographie intitulée "Je suis Malala : la jeune fille qui s'est levée pour l'éducation et sur qui les Taliban ont tiré" sort aujourd'hui.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017