Excite

Malfaçons sur le réacteur nucléaire EPR de Flamanville

Le journal le Canard enchaîné vient de révéler que d'après l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le réacteur EPR de la centrale nucléaire de Flamanville comporte de nombreuses malfaçons.

L'Asn met en garde contre ces malfaçons qui pourraient être de nature à 'porter préjudice à la qualité finale des structures'. Le journal explique que l'ASN aurait à plusieurs reprises fait parvenir des rapports dénonçant des défauts de construction à EDF, qui est l'exploitant de ce futur réacteur de 1600 Mégawatts.

Des défauts dans la structure en béton

Parmi les défauts dénoncés par l'ASN il y a la présence de trous dans certains piliers en béton qui pourrait diminuer la résistance de l'édifice, mais aussi des problèmes sur la structure des piscines servant à recueillir le combustible nucléaire usagé.

Un climat hostile au nucléaire

Ces déclarations tombent mal, car depuis la catastrophe de Fukushima la population est de plus en plus hostile à l'énergie nucléaire. Surtout que l'EPR devait être la vitrine technologique de l'industrie nucléaire européenne. Face à ces affirmations le ministère de l'Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique vient de déclarer que 'les observations de l'ASN seront bien entendu prises en compte dans le cadre de ce chantier en cours'.

D'après Simon Huffeteau de l'ASN 'les réparations sont évidement obligatoires'. EDF va donc devoir réparer tous ces défauts avant de mettre en service ce nouveau réacteur. C'est donc un deuxième coup dur pour l'EPR, après les problèmes techniques rencontrés lors de la construction d'un réacteur à Olkiluoto en Finlande, entraînant un surcoût de 3 milliards d'euros et un retard de plus de 4 ans. Finalement la mise en service du réacteur EPR de Flamanville devrait avoir lieu en 2016 soit 2 ans plus tard que prévu.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017