Excite

Mali : Copé n'a "pas le sentiment que la France soit vraiment soutenue"

  • ERIC FEFERBERG / AFP

La France s'est engagée militairement au Mali depuis vendredi. Alors qu'on compte des dizaines de morts déjà des deux côtés, la France se retrouve isolée au sein de la communauté internationale qui lui offre son soutien diplomatique mais la laisse seule sur le théâtre des opérations selon le président de l'UMP.

La France est en guerre. Elle s'est engagée depuis quelques jours auprès de l'armée malienne contre la rébellion islamiste. L'opération Serval durera "le temps nécessaire" a prévenu François Hollande.

Les combats ont déjà fait plusieurs dizaine de morts. En quelques jours le bilan est déjà lourd. 100 rebelles ont été tués selon un officier du quartier général des forces maliennes de Bamako. Le camp de l'armée malienne compterait quant à lui plusieurs dizaines de morts. Le lieutenant Damien Boiteux, pilote du régiment d'hélicoptères des forces spéciales a perdu la vie. On parle également de nombreux civils tués. Selon Human Rights Watch, l'ONG qui veille aux droits de l'homme, 3 enfants maliens se seraient tués en tentant de traverser une rivière pour fuir les combats.

En outre l'otage français Denis Allex détenu en Somalie depuis 2009 serait mort dans la tentative de sauvetage de la DGSE menée dans la nuit du 11 au 12 janvier. Deux soldats français ont perdu la vie au cours de cette opération commando.

L'opération Serval "consiste à préparer le déploiement d'une force d'intervention africaine pour permettre au Mali de retrouver son intégrité territoriale" et contrer l'offensive des islamistes au Mali.

Le 13 janvier 2013 marque le début du recul de la rébellion Touareg, constituée du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) et du mouvement salafiste Ançar Dine. Les alliés du Mali continuent leur progression vers le nord. Les forces aériennes et terrestres se sont déployées afin d'enrayer la progression des rebelles et "permettre la sécurité à Bamako des ressortissants français mais aussi pour seconder les efforts des forces maliennes à Mopti, selon les déclarations du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Si la France a demandé à l'ONU d'accélérer l'arrivée de troupes d'appui et qu'une mission d'assistance de l'union européenne est attendue pour février 2013, le président de l'UMP s'inquiète néanmoins de la solitude du pays dans la gestion de ce conflit. Aux micros de France 2, Jean-François Copé qui a rappelé son soutien au gouvernement pour cette intervention militaire, a expliqué qu'il ne s'agissait pas d'une solitude diplomatique. "Ça, tout le monde est autour de la France !". "C'est vraiment très important" maintenant "d'oeuvrer à ce que ce soit bien la communauté internationale dans son ensemble - les pays africains pour la part qui est la leur - qui rejoigne la France dans cette intervention que je crois nécessaire, mais qui commande que les forces françaises ne soient pas les seules sur le théâtre d'opérations" a insisté le chef de l'opposition.

Selon un rapport publié il y a quelques mois par la Human Rights Watch, la situation au Mali était amplement preoccupante. Les trois groupes rebelles ont enrôlé plusieurs centaines d’enfants dans leurs forces, perpétré des exécutions, des flagellations et au moins huit amputations en guise de punition. Ils ont également détruit systématiquement d'importants sites religieux. "Pour imposer leur interprétation de la charia, ils ont également organisé une parodie de justice tragiquement cruelle" expliquait Corinne Dufka, chercheuse à HRW.

Mais si la France est pour l'instant effectivement seule sur le terrain, et si Jean-François Copé a exprimé mercredi une "inquiétude forte" au constat de "la solitude de la France", elle bénéficie en réalité de nombreux soutiens : les forces africaines devraient déployer rapidement des troupes au Nord du Mali, les Etats-Unis coopèrent, le Royaume-Uni assiste logistiquement la France, la Belgique a promis deux avions, et de nombreux pays soutiennent plus ou moins timidement le gouvernement Hollande, dont l'Allemagne, l'Italie, la Chine, la Russie. L'Algérie et le Maroc ont autorisé la France à survoler leur territoire pour faciliter les opérations.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017